Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aleteia

Nouvelle marche sanglante des chrétiens en RDC

AFP PHOTO / JOHN WESSELS
Au moins six personnes ont été tuées et 49 autres blessées.
Partager

Au moins six personnes ont été tuées ce 21 janvier lors d’une nouvelle marche pacifique dans les rues de Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, réclamant le départ de Joseph Kabila.

« Je demande aux responsables, aux autorités et à tous […] de mettre leurs efforts pour éviter toute forme de violence et chercher des solutions pour le bien commun », a déclaré ce dimanche 21 janvier le pape François depuis Lima, à la fin de son homélie de l’Angélus. Il a fait part des « nouvelles très préoccupantes » qu’il a reçues de la situation en République démocratique du Congo (RDC) et a appelé à prier pour le pays.

En effet, ce même jour, une marche pacifique rassemblant des catholiques a eu lieu dans le pays. Au total, au moins six personnes ont été tuées et 49 autres blessées lors de la dispersion par les forces de sécurité, d’après un bilan encore provisoire de l’ONU. Le 31 décembre 2017 des milliers de catholiques congolais avaient déjà défilé dans plusieurs villes de RDC, notamment Kinshasa, pour demander pacifiquement le départ du président Joseph Kabila. Un mouvement violemment réprimé par le gouvernement (six personnes avaient été tuées).

Ces deux marches visaient à demander une application de l’Accord de la Saint-Sylvestre, c’est-à-dire le départ de Joseph Kabila, actuel président de la RDC. Signé le 31 décembre 2016 entre le pouvoir et l’opposition et sous l’égide de l’Église catholique, cet accord prévoyait la tenue d’une élection présidentielle d’ici la fin 2017.

Laurent Monsengwo, cardinal et archevêque de Kinshasa proche du pape François, est l’une des figures fortes de ce mouvement. « Il est temps que la vérité l’emporte sur le mensonge systémique, que les médiocres dégagent et que règnent la paix, la justice en RD Congo », a-t-il déclaré.

Tags:
congordc
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]