Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Chine : « L’enfant de glace », l’histoire qui révèle un phénomène social inquiétant

Wang Fuman - ice child
Faire Use
Partager

Le petit Wang fait partie de ces 60 millions d’enfants abandonnés dans les campagnes chinoises.

Wang Fuman a 8 ans. Il fait partie de ces 60 millions d’enfants des campagnes de Chine que les parents ont laissés derrière eux pour aller travailler dans une grande ville. La photo du petit garçon, cheveux et sourcils figés et blanchis par la glace, les mains gelées et vêtu d’une fine veste pour se protéger du froid, a provoqué une vague d’émotion dans tout le pays. Elle a été prise par son instituteur, le 8 janvier dernier. Wang venait de parcourir à pieds, comme tous les jours, près de 5 kilomètres, distance qui sépare de son domicile de son école, par –10° C, suscitant l’hilarité de ses petits camarades à son arrivée et celle de son instituteur qui l’a alors pris en photo. L’école, sans chauffage, se trouve à Zhuang Shan Bao, dans la campagne de Zhaotong, ville du nord-est de la province du Yunnan.

Les commentaires apparues sous la photo après sa publication, se comptent par dizaines de milliers, les uns pour souligner « la force » de l’enfant, qui brave le froid pour étudier coûte que coûte ; d’autres pour exprimer leur forte émotion devant ses mains gelées ou sa veste trop légère ; d’autres encore pour interpeler le gouvernement de Yunnan qui « attend quoi ? » pour aider le pauvre enfant ainsi que ses petits camarades ; et d’autres encore pour demander comment ils peuvent envoyer de l’argent ou des vêtements pour les aider. La photo de « l’enfant de glace » est apparue également sur les sites de gros quotidiens comme le Quotidien du Peuple, l’organe officiel du parti communiste chinois.

La pointe d’un iceberg

Mais l’histoire du petit Wang est révélatrice d’un phénomène social particulièrement inquiétant en Chine où le nombre de travailleurs migrants, des campagnes vers les riches cités côtières de l’est du Pays, est estimé à 247 millions de personnes. Leurs maigres salaires et leurs conditions de vie précaire ne leur permettent pas d’emmener leurs enfants avec eux. La Pear Video, un site web chinois, a envoyé ses journalistes sur place, pour rencontrer « l’enfant de glace ». Oui, le petit Wang fait bien partie de ces enfants. Il vit avec sa petite sœur et sa grand-mère dans une maison de boue et briques et sans chauffage et ne voit pas son père depuis plusieurs mois. Dans la seule ville de Zhaotong, on estime à plus d’un million le nombre de personnes sous le seuil de pauvreté dont 138 700 élèves de primaire.

Dès le lendemain de la diffusion de la photo, une campagne de dons publics a été lancée pour les enfants de familles pauvres. Chaque enfant dans le besoin devrait recevoir 500 yuans (75 dollars). Des médecins vont être également envoyés dans les écoles de la province pour soigner les enfants souffrant d’engelures. La Fondation pour le développement des jeunes s’est mobilisée, récoltant à ce jour 1,9 millions de yuan de dons pour aider les enfants et installer le chauffage dans l’école du petit « enfant de glace ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]