Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le pape François veut une unité de l’Eglise qui préserve la diversité des peuples

Vincenzo Pinto /AFP
Partager

Après une journée à Santiago, la capitale du Chili, le pape François s’est rendu le 17 janvier 2018 à Iquique, dans le sud du pays. Dans cette région du peuple autochtone mapuche, le pontife a lancé un appel à une unité qui rejette aussi la violence.

Après la capitale, direction l’Araucanie, zone rurale du Chili. Le paysage vallonné alterne forêts et prairies où des vaches laitières paissent sereinement en regardant passer le cortège du pape François. Mais derrière cette apparente tranquillité se cache l’affrontement des autochtones mapuches avec le gouvernement central. Ce peuple indigène considère en effet que ses terres ancestrales ont été spoliées par les colons au 19e siècle.

Parfois, les revendications tombent dans la violence, notamment par la destruction d’édifices publics ou d’églises. Sur le lieu de la messe, les forces de l’ordre sont donc tendues : deux nouvelles églises ont été mises à feu le 16 janvier, alors que le pape était déjà arrivé au Chili. Là encore, la piste d’activistes mapuches est privilégiée.

Les Mapuches à l’honneur

Ces craintes se révèleront toutefois infondées : la foule de 150.000 vient recueillir d’un même cœur le message du pape François à l’unité et à la réconciliation. Les Mapuches, leur langue et leurs traditions sont mis à l’honneur : des prières ainsi que des chants et des danses traditionnels viennent ponctuer la célébration. Le pape François prononce même quelques mots en mapudungun, la langue de ce peuple.

Cette présence tout au long de la cérémonie est en elle-même le message du pape pour l’unité. Cette messe vient en effet marier la culture mapuche avec la tradition catholique latine, tout en la respectant et, même plus, en puisant dans sa richesse. Si l’Eglise avec ses 2000 ans de tradition peut le faire, pourquoi pas le Chili ?

Le message de François

Dans son homélie, l’évêque de Rome est très clair : le recours à la violence n’est jamais acceptable. Mais l’unité étouffante par un simulacre d’intégration n’est pas moins violente. L’unité a au contraire besoin d’orfèvres délicats, soucieux de ce bien précieux. Et le pape a montré la voie à suivre avec cette messe à la fois colorée et solennelle, romaine et mapuche. Une messe catholique en somme, c’est-à-dire universelle.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]