Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!
Aleteia

Voici le « mot de passe » qui permet de rallumer la foi

YOUNG PEOPLE SANTIAGO
Vincenzo PINTO I AFP
Partager

Lors de son voyage au Chili, le pape François a rencontré des jeunes catholiques. L’occasion de leur livrer un précieux conseil.

Dans une rencontre chaleureuse avec des jeunes catholiques au sanctuaire marial de Maipú le 17 janvier, le pape François a invité les générations futures à regarder le monde avec les yeux du Christ. Les jeunes, a reconnu le Pape, sont stimulés par les défis et de nombreuses « bonnes idées » peuvent naître dans leurs cœurs. « L’Église a tant besoin de vous », a-t-il lancé spontanément, pour l’aider à avoir un « visage jeune ».

Pour être vraiment acteur de l’Église, le pape François leur a soufflé une « règle d’or », une sorte de mot de passe à inscrire sur leur téléphone pour ne surtout pas l’oublier : « Que ferait Jésus à ma place ? ». À chaque instant, dans la joie et dans les épreuves, a indiqué le successeur de Pierre, il faut se poser cette question. Lui seul est « source de vie et de joie » et allume « l’étincelle » du cœur. Et le véritable acteur de l’Histoire selon le Pape, c’est celui qui sait transmettre cette étincelle aux autres — et particulièrement à ceux dans le besoin — comme le Bon Samaritain et les disciples du Christ.

« Que ferait le Christ à ma place ? »

« “Que ferait le Christ à ma place ?” à l’école, à l’université, dans la rue, à la maison, avec mes amis, au travail », a énuméré le Saint-Père. « Quand vous allez danser, quand vous faites du sport ou allez au stade, “que ferait le Christ à ma place ?” », a-t-il insisté. Une doctrine ou un seul enseignement religieux théorique ne suffisent pas. Il vaut véritablement vivre comme le Christ, « c’est ce qui fait vibrer notre cœur », a aussi souligné le Saint-Père. Il faut donc prendre le risque d’aller à la rencontre des autres, poussé par la certitude d’avoir à ses côtés le Seigneur et son Église. Celle-ci, a admis le pontife, n’est « certainement pas parfaite » mais elle a une « grande capacité à aimer » et à s’offrir pour les autres.