Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

Agent d’accueil à la Sainte-Chapelle, il crée une application pour lire les vitraux

© Centre des monuments nationaux
Partager
Commenter

Francis Margot, agent d'accueil depuis 23 ans à la Sainte-Chapelle, connaît les secrets de l'édifice par cœur. Il y a trois ans, il a décidé de créer une application pour aider les visiteurs à découvrir les vitraux de ce joyau gothique.

Joyau de l’architecture gothique rayonnant construite à la demande saint Louis pour accueillir les reliques du Christ dont la célèbre couronne d’épines — qu’il avait acquises à Constantinople auprès de l’empereur Baudoin II — , la Sainte-Chapelle demeure l’un des édifices les plus visités de Paris. Réalisée en tout juste sept ans, elle impressionne en raison des quinze immenses verrières et l’exceptionnelle rose qui entourent l’intégralité de l’édifice. Cette véritable cathédrale de verre compte pas moins de 1113 scènes de l’Ancien et du Nouveau Testament racontant l’histoire du monde jusqu’à l’arrivée des reliques à Paris.

Francis Margot, agent d’accueil depuis plus de 20 ans à la Sainte-Chapelle, connaît par cœur cet édifice pour lequel il porte un attachement particulier. « Après tout ce temps passé à la Sainte-Chapelle, j’apprécie toujours le lieu, à la fois pour son côté vivant mais aussi en raison de la quiétude qui y règne », confie-t-il à Aleteia. Passionné de nouvelles technologies, Francis s’adonne, dans le cadre de ses loisirs, à la création d’applications sur mobile. Il aime, entre autre, jouer avec la réalité augmentée. Pour le plaisir, il décide un jour de réaliser une application pour lire les vitraux de la Sainte-Chapelle. Cette création, qu’il ne partage au début qu’avec ses collègues mais aussi les guides-conférenciers qu’il connaît, s’avère être un outil de médiation merveilleux. « Mes amis et collègues m’ont dit que c’était dommage de ne pas faire profiter les visiteurs de cette application ».

L’aventure commence

Francis décide donc de montrer les prémices de son application à l’administratrice de la Sainte-Chapelle, Delphine Samsoen. Convaincue par l’idée, elle invite Francis à faire une démonstration aux différents services compétents du Centre des Monuments nationaux (CMN), tout particulièrement le pôle numérique. C’est à ce moment là que tout s’enchaîne. Convaincus par son projet, les équipes du CMN soutiennent Francis dans la réalisation de cette application. Passer d’un loisir personnel à un véritable projet professionnel n’a pas été une mince affaire. « Il a fallu que je me perfectionne sur plusieurs plans : j’ai appris la photographie, photoshop, la programmation, l’exploitation de base de données. Il a fallu régler de nombreux problèmes techniques et tout ceci pendant mes heures de loisirs la plupart du temps. » Ce qui explique que la création de l’application a demandé autant de temps : trois ans en tout.
Vue générale de la Sainte-Chapelle.

Comment ça marche ?

Après avoir téléchargé l’application sur iOS ou Androïd — disponible en six langues —, la caméra du téléphone s’allume et s’affiche sur l’écran. Une petite cible permet de viser les vitraux : quand l’utilisateur pointe sa caméra vers un vitrail, celui-ci s’affiche en grand sur son téléphone, le nom de la verrière et une courte description de la scène apparaît. L’application est capable de reconnaître les vitraux les plus éloignés et de les afficher en grand sur l’écran. Pour découvrir l’ensemble des baies, les visiteurs doivent débourser 0,99 euros mais l’explication de la grande rose centrale demeure gratuite pour les utilisateurs.

Un succès déjà au rendez-vous

Selon le responsable du pôle numérique du CMN, l’application connaît un véritable succès auprès des visiteurs et le nombre de téléchargements ne fait que croître. En plus des outils de médiation déjà en place — audio-guides, fiches de salle — , l’application permet d’avoir une meilleure visibilité des vitraux, surtout ceux qui sont en hauteur, à 30 mètres, et donc difficilement accessibles. Francis a déjà pour projet de perfectionner l’application en l’enrichissant d’informations supplémentaires. Fort de ce succès, il rêve à d’autres projets d’application. « J’ai beaucoup d’idées, par exemple un jeu “rallye” qui utiliserait la réalité augmentée et qui proposerait aux jeunes une aventure virtuelle dans tous les monuments. Une sorte de chasse au trésor pour visiter les monuments de façon ludique et éducative. »
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]