Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

La figure de Marie au coeur du voyage du pape François au Chili

Partager
Commenter

Au Chili le périple du pape François va prendre une coloration très mariale avec notamment le couronnements de deux statues de la Vierge Marie.

Au cours de la première messe de son voyage, le 16 janvier au parc O’Higgins, dans le centre-ville de Santiago du Chili, le pape a couronné l’image de Notre-Dame du Mont-Carmel, sainte patronne du pays depuis la guerre d’indépendance, en 1818. À cette date, lors de la bataille décisive de Maipu, le chef des armées de libération Bernardo O’Higgins, a fait la promesse d’élever un sanctuaire à la Vierge du Carmel, en cas de victoire.

Au cours de la célébration eucharistique, après l’homélie, le Pape a aspergé la couronne avec de l’eau bénite et couronné ainsi l’image de la Vierge Marie. Reconnaissant ainsi le Christ comme « le Roi de l’univers », et « la Vierge comme Reine ». Mercredi 17 janvier, le Pape doit retrouver la Vierge du Mont-Carmel au sanctuaire national de Maipu et devrait y déposera un chapelet aux pieds de la statue de Notre-Dame du Mont-Carmel.

Couronner la vierge, un privilège des papes

Avant de quitter le Chili pour le Pérou, le 18 janvier, le pape François souverain doit célébrer une messe à Iquique lors de laquelle il couronnera une autre statue de la Vierge Marie, vénérée sous le vocable de Notre-Dame du Carmel de la Tirana. Là-bas, les festivités mariales attirent chaque année des centaines de milliers de personnes.

La tradition des Vierges couronnées remonte au XVIIe siècle, avec le comte Alexandre Sforza, et a par la suite été considérée comme un droit réservé aux successeurs de Pierre. Ce privilège peut être délégué à un dignitaire apostolique. Il existe environ 400 couronnes mariales dans le monde.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]