Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Misericordia débarque en France

ROMAIN RENA DE CHATEAUVIEUX
Partager

Arnaud Robert est coordinateur en France de la tournée européenne de Misericordia. Cette jeune association fondée par un couple franco-brésilien promeut le développement intégral de la personne au cœur des quartiers pauvres d’Amérique du Sud. La famille Robert s’y investit pleinement.

Misericordia est une œuvre catholique de développement née en Amérique Latine, au Chili, en 2013. Elle veut promouvoir le développement intégral de la personne au cœur des quartiers pauvres et auprès des populations les plus démunies. Fondée par un couple franco-brésilien, Romain et Rena de Chateauvieux, elle attire des bénévoles missionnaires venant du monde entier. Son action se fait sur le long terme et s’ancre dans des rapports de proximité et de respect.

Pour la famille Robert, s’engager auprès de Misericordia va bien au-delà de l’aspect humanitaire. Mathilde, la troisième de la fratrie, s’était engagée comme missionnaire au Chili dans l’association. C’est là-bas qu’elle a trouvé accidentellement la mort le 29 juillet 2016. Un évènement dramatique qui a conduit toute la famille à s’engager au sein de l’association aujourd’hui.

Aleteia : Cela fait un an et demi que votre famille s’est engagée avec Misericordia. Grâce à votre sœur finalement?
Arnaud Robert : Alors toute la famille n’est pas engagée pour Misericordia ! Mais nous avons tous une relation très particulière avec l’association. Nous avons eu la chance de tous aller à la Pincoya pour la Toussaint 2016 (le camp de Misericordia, au Chili, ndlr.). On y a construit une belle chapelle avec les missionnaires, au milieu du centre éducatif de Misericordia. Aujourd’hui nos parents participent à quelques projets, et avec ma femme, ma sœur et mon beau-frère, nous faisons partie de la coordination de la tournée missionnaire en Europe de Romain et Rena de Chateauvieux, les fondateurs. Mais il est évident que rien ne se serait passé si Mathilde n’était pas partie au ciel !

Lire aussi : La carte d’identité de l’Église du Chili

Qu’est-ce qui vous enthousiasme dans le projet de Misericordia?
Nous avons surtout été marqués par l’intensité et la beauté du charisme de Misericordia. Quand vous voyez de la joie au milieu de tant de pauvreté et de blessures, ça vous touche au plus profond de votre cœur. Ce n’est pas par hasard d’ailleurs si Misericordia est en plein développement et suscite de plus en plus de vocations de missionnaires. À ceux qui ne sont pas croyants, qu’ils aillent à la Pincoya ! Le travail du seigneur dans les cœurs y est incroyablement visible. Je pense que c’est d’abord cette simplicité très belle et très pure qui m’a d’abord touché. Et en rentrant, nous avons voulu avec ma femme renforcer notre engagement dans l’Église.

En fait, on aurait pu penser que le décès tragique de Mathilde aurait pu vous éloigner de Misericordia; finalement c’est tout l’inverse qui s’est produit…
Absolument ! Si notre rencontre avec Romain et Rena était dans un contexte très particulier, nous avons été saisis par toutes les grâces qui l’ont accompagnée. Dans le même moment, nous avons découvert de nombreuses lettres de Mathilde dont une de huit pages dans laquelle elle ne parle que de sa relation à Dieu ! Elle écrit à quel point elle a vécu dans son cœur une proximité brûlante avec Lui. Elle explique comment le service pour l’autre et un grand amour dans les petites choses permettaient de rencontrer Dieu et rendait profondément heureux.

Voir sa sœur aussi heureuse interpelle forcément ! Personnellement je crois que la beauté et la puissance de ce qu’elle décrit m’ont donné envie de comprendre. Et en  découvrant Misericordia et la Pincoya j’ai été marqué de façon indélébile…

Est-ce qu’on peut dire que vous achevez sur Terre l’œuvre de Mathilde….
Je ne sais pas si Mathilde avait une œuvre ou si nous l’achevons ! Mais nous avons une proximité spirituelle indéniable avec Misericordia  et chacun dans la famille l’exprime à sa manière.

Propos recueillis par Mark Eynaud. 

Lire aussi : Amérique du Sud : l’Église aux côtés des indigènes

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]