Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le Pape à la rencontre des peuples autochtones d’Amérique du Sud

YOUTH AWAITING THE ARRIVAL OF THE POPE
Martin Bernetti | AFP
Partager

Le pape François s’est envolé le 15 janvier 2018 au matin de Rome pour son 22e voyage apostolique hors d’Italie. Du 15 au 18 janvier, le Souverain pontife sera ainsi au Chili, avant de poursuivre du 18 au 21 janvier au Pérou. Au cours de ce long périple, il se rendra notamment auprès des peuples indigènes d’Amérique du Sud.

Pour son premier voyage de l’année 2018, le pape François a choisi de se rendre à nouveau en Amérique du Sud, son continent d’origine. Le Chili, première destination, est un pays que le pontife connaît bien pour y avoir étudier à la fin des années 1950. Il y a toujours de nombreux amis et devrait en revoir quelques-uns  à cette occasion. Le Pape connaît en revanche moins le Pérou où il s’est rendu seulement deux ou trois fois.

Dans ces deux pays, le souverain pontife effectue essentiellement en visite pastorale, c’est-à-dire auprès des catholiques locaux. Les étapes officielles sont ainsi limitées à leur minimum : une rencontre avec les autorités et une rencontre avec le chef d’État dans chacun des deux pays.

Une oreille particulièrement attentive aux peuples indigènes

Un voyage du Pape, ce n’est bien sûr pas un événement comme un autre : c’est l’Église universelle qui se rend auprès d’une Église locale. Pour l’écouter certes, comprendre ses difficultés et défis, mais aussi pour apprendre d’elle. En tant que membre de l’Église universelle, chaque communauté particulière vient donc enrichir l’ensemble par son histoire unique.
Au Chili et au Pérou, le pape François compte prêter une oreille particulièrement attentive aux peuples indigènes. Les Mapuches au sud du Chili, les indiens d’Amazonie au Pérou : deux journées sont consacrées aux autochtones d’Amérique du Sud. Ce voyage est donc l’occasion pour le pontife de se rendre lui-même à leurs côtés, dans leurs terres, pour entendre leur témoignage de foi. La rencontre avec les indigènes d’Amazonie — dans une ville en plein cœur de la forêt ! — sera ainsi un prélude au synode d’octobre 2019, sur l’évangélisation des peuples d’Amazonie.

Un voyage sous le signe marial

Le Pape se rend aussi auprès des Chiliens et des Péruviens pour vivre avec eux un élément central de leur foi : leur dévotion pour la Sainte Vierge. Ainsi à Santiago, le pape rencontrera les jeunes dans un sanctuaire marial. Mais cette dévotion culminera dans les villes d’Iquique – pour le Chili – et de Trujillo – pour le Pérou – où le Pape couronnera une statue de la Mère du Christ dans chacune de ces villes.
Ce sixième voyage en Amérique du Sud est le plus long du pape François, avec sept jours hors du Vatican. Selon ses propres mots, ce sera un voyage au programme « bien rempli » : six jours sur place, six villes visitées. Et pas moins de 21 prises de paroles publiques entre discours, homélies ou prières. Un programme particulièrement chargé alors que le pape François a fêté son 81e anniversaire il y a tout juste un mois.
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Les lecteurs comme vous contribuent à la mission de Aleteia

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à proposer des informations qui enrichissent et inspirent la vie de nos lecteurs avec une dimension catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient gratuits et librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.