Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

Dolores O’Riordan, la chanteuse des Cranberries que Jean Paul II aimait tant, est morte

Partager
Commenter

Dolores O’Riordan, la chanteuse engagée et catholique des "Cranberries", s’est éteinte brusquement ce lundi 15 janvier à l’âge de 46 ans, alors qu’elle se trouvait à Londres pour une courte session d’enregistrement.

La police londonienne enquête actuellement sur sa mort, survenue un peu après 10h dans un hôtel du centre-ville, après qu’on l’ait retrouvée inanimée. Cette annonce laisse les membres de sa famille sous le choc, ils « ont demandé le respect de leur vie privée dans cette période très difficile », a déclaré l’agent de la chanteuse, Lindsey Holmes Publicity. Un quotidien irlandais, The Irish Independent, révèle que Dolores O’Riordan, mère de trois enfants, était malade depuis quelques années, ce qui avait d’ailleurs compromis la tournée du groupe en 2017.

Le groupe « The Cranberries » se constitue dans les années 90, que Dolores O’Riordan rejoint en mai 1990. Sa voix hors du commun achève de donner la couleur singulière de leurs compositions. Leur deuxième album No need to argue (1994) les propulse véritablement, dont les titres phares tels que « Ode to my family », « Zombie » et « Just my imagination » leur font très vite connaître le succès, puisque les ventes dépassent en tout les 16 millions d’albums à l’international.

Considéré comme l’un des meilleurs groupes pop-rock irlandais, après U2, leur influence a été considérable dans l’univers musical. La chanteuse était aussi connue pour ses prises de position sociétales, contre la guerre civile en Irlande du Nord et les agissements de l’IRA, contre l’avortement, illustré dans le titre The Icicle Melts, ou encore contre le féminisme. Elle ne cachait pas ses convictions religieuses qui lui venaient de son éducation catholique.

L’influence positive de l’Église

C’est d’ailleurs à l’église qu’elle découvre sa passion pour la musique dès l’âge de cinq ans en entendant des chants grégoriens et religieux. Elle se met très jeune au piano et à l’orgue, pour apprendre plus tard la guitare. En 1995, elle chante  avec Luciano Pavarotti un Ave Maria pour les enfants de Bosnie, titre qui sera repris dans la BO du film de Mel Gibson La Passion du Christ.

Au cours de sa carrière Dolores s’est produite devant deux papes au Vatican, Benoît XVI et Jean Paul II, qui appréciait particulièrement le répertoire de l’artiste irlandaise, et dont elle a rappelé l’importance au Irish News l’an dernier au moment où sortait le septième et dernier album du groupe : « J’ai été invitée à chanter plusieurs fois au Vatican. Ce fût un grand honneur. L’un de mes meilleurs souvenirs fut lorsque j’ai pu présenter ma mère à Jean Paul II. C’était un homme tellement bon, si gentil, je l’adorais ». « L’Église a beaucoup influencé mon développement en tant qu’artiste et en tant que musicienne. La religion a été toujours une chose positive dans ma vie », confiait-elle également au sujet de sa relation avec l’Église.

Top 10 d’Aleteia
  1. Les plus lus
    |
    Les plus partagés
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]