Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

« La tombe aux mains » : des époux liés pour l’éternité

Tombs in the hands Graf met de handjes
La tombe aux mains, une sépulture double.
Partager

Au cimetière de Ruremonde, aux Pays-Bas, c’est une tombe bien particulière qui s’offre au regard des passants…

Elle attire l’œil et ruissèle de romantisme. Surnommée « la tombe aux mains » (graf met de handjes en néerlandais), une des sépultures du vieux cimetière de Ruremonde, aux Pays-Bas, étonne. Séparées par un mur, deux stèles se rejoignent grâce à la sculpture de deux mains enlacées. C’est en fait une sépulture double, celle de deux époux morts au XIXe siècle : Jacob Werner Constantin van Gorkum et Josephina van Aefferden.

Le 3 novembre 1842, le protestant Jacob Werner Constantin van Gorkum, alors colonel de cavalerie, épousa la catholique Josephina Carolina Petronella Hubertine van Aefferden. À la mort de Jacob van Gorcum en 1880, il fut enterré dans la partie protestante du cimetière de Ruremonde, contre le mur délimitant la partie catholique de la partie protestante. Mais lorsque Josephina van Aefferden décède huit ans plus tard, elle ne put être enterrée dans la même partie que son ancien époux car de confession différente. Elle fut donc inhumée le plus près possible de ce dernier mais de l’autre côté du mur, dans la partie réservée aux catholiques.

Les deux tombes, placées de part et d’autre du mur séparant la partie catholique et la partie protestante, disposaient de pierres tombales suffisamment élevées pour que leurs extrémités dépassent le sommet du mur. Deux mains, au sommet des pierres tombales, furent finalement sculptées afin de se rejoindre au milieu du mur. Un beau symbole d’unité et d’éternité.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]