Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

À bord de l’avion papal, François distribue une photo de Nagasaki

NAGASAKI BOY
Partager

La photo est accompagnée d’un commentaire de sa main pour dénoncer les méfaits de la guerre.

Peu avant le décollage de l’avion papal pour le Chili, le 15 janvier 2018, une photo a été distribuée aux journalistes, à la demande du souverain pontife. Cette reproduction d’une photographie de 1945 représente un enfant japonais à Nagasaki (Japon), après le bombardement atomique du 9 août. Le jeune garçon attendant son tour au crématorium pour son petit frère mort, lequel repose sur son dos.

Au dos de cette photographie figure un bref commentaire manuscrit du pape François : »…le fruit de la guerre », a-t-il écrit. Le cliché est l’œuvre du photographe américain Joseph RogerDonnell. Il avait été déjà diffusé par le Bureau de presse du Saint-Siège avant Noël.

Selon Vatican Insider, le pape a affirmé aux journalistes présents dans le vol papal qu’il avait été “touché“ par cette photo, trouvée “par hasard“. Le pontife a souhaité la distribuer, car “une image remue plus que mille paroles“. Et sa crainte d’une guerre nucléaire est réelle : “j’ai vraiment peur, a-t-il déclaré. Nous sommes à la limite, il suffit d’un incident. On ne peut pas précipiter la situation. Nous devons éliminer les armements nucléaires“.

Un « changement de cap » face au nucléaire

Le Saint-Siège est engagé dans la signature du Traité d’interdiction des armes nucléaires, ratifié par le Vatican le 20 septembre 2017. Un symposium sur le « désarmement intégral » avait également été organisé au Vatican en novembre dernier. Face aux risques de catastrophes nucléaires, le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’État, avait demandé à la communauté internationale un « changement de cap ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]