Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aleteia

Les quatre attitudes qui peuvent conduire à un divorce

Shutterstock-Dean Drobot
Partager

Si la critique, le mépris et une attitude défensive ou fermée prédominent au sein de votre foyer, faites attention ! Ces comportements peuvent amener votre couple à la rupture.

Selon une étude de l’Institut Gottman aux États-Unis, il existe quatre comportements à l’origine de 80% des échecs conjugaux. Ils ont été appelés métaphoriquement les quatre cavaliers de l’Apocalypse, en référence à la fin du monde dans le Nouveau Testament : la conquête, la guerre, la faim et la mort. Le docteur Gottman utilise cette métaphore pour décrire les styles de communication qui peuvent être annonciateurs de la fin d’une relation. Ces comportements sont la critique, le mépris, une attitude défensive et une attitude fermée.

La critique

Il est évident que cela ne signifie pas que l’on ne doit rien dire lorsque quelque chose nous dérange, nous ne plaît pas, ou quand on n’est pas d’accord. On doit toujours s’exprimer, sinon notre interlocuteur ne saura pas que quelque chose nous dérange. Le docteur Gottman fait ici référence au fait de critiquer directement son partenaire, sa personne et non les faits ou ce qu’il fait.

Par exemple, ce n’est pas pareil de dire à son conjoint que cela nous dérange beaucoup quand il laisse traîner ses vêtements sales et de lui dire qu’il est lui-même sale, stupide, sourd et désordonné parce qu’il ne met pas ses vêtements dans le panier. Dans le premier cas, l’acte est critiqué ; dans le second, la personne.

Le mépris

Non seulement les faits sont méprisés, mais pire encore, la personne est rabaissée. En effet, on la rejette, l’humilie, on se moque d’elle et de ce qu’elle fait. C’est la femme typique qui passe son temps à se plaindre parce que le salaire de son mari est très faible et l’offense en lui disant qu’il est médiocre ou pire, le compare aux autres.

Ce type de mépris envoie le message : « Je ne t’aime pas et je ne t’apprécie pas ».

Une attitude défensive

Zéro humilité. C’est une attitude qui ne permet pas de grandir car les erreurs ne sont pas reconnues. La personne communique pour se défendre et non pour parvenir à un accord, échanger des opinions ou écouter son conjoint. Comme elle reconnaît difficilement sa responsabilité, elle se concentre sur la façon dont elle pourrait l’attaquer. Autrement dit, elle ne reconnaît pas son erreur et cherche à le blâmer.

Une attitude fermée

Cette attitude se produit lorsque l’un des conjoints refuse de répondre à des questions ou qu’il donne des réponses évasives. Lorsqu’il adopte cette attitude, il envoie à l’autre le message suivant : « Et… ? Peu importe… » ou « je m’en fiche, je me fiche de ce que tu peux dire ou de ce que tu penses ; moi je pense ça et mon opinion ou mon point de vue est le seul qui compte à mes yeux. »

Ce serait une position très différente s’il lui disait : « Je ne suis pas d’accord avec toi, mais nous pouvons discuter pour parvenir à un accord. »

Observez la manière dont vous communiquez avec votre conjoint. Dès que vous identifiez le problème, travaillez pour l’éliminer et adoptez une attitude appropriée qui nourrira votre lien d’amour.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]