Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 12 avril |
Saint Jules Ier
home iconAu quotidien
line break icon

Épiphanie : pourquoi une fève dans la galette des rois ?

Galette des rois - king cake

By bonchan | Shutterstock

Marie Le Goaziou - Publié le 06/01/18

J’aime la galette avec du beurre dedans… Mais aussi une fève, pour désigner le roi de la fête ! Lumière sur une tradition qui perdure depuis l'Antiquité...

L’Épiphanie, le 6 janvier, célèbre la venue des Rois mages à Bethléem pour adorer l’enfant Jésus qui vient de naître. Cette solennité s’accompagne de la traditionnelle galette des rois, que l’on partage le jour de l’Épiphanie ou le premier dimanche du mois. Mais savez-vous d’où vient cette coutume ?

Une tradition qui trouve ses prémices dans l’Antiquité

Depuis l’époque romaine, pour célébrer la phase ascendante de la lumière qui voit le renouveau de la vie et de la nature, on faisait la fête durant laquelle on désignait un roi d’un jour grâce à une fève glissée dans un gâteau, symbole de chance et de prospérité. Celui-ci avait pour mission d’orchestrer la fête avec fantaisie.

Qui sera le roi de fantaisie ?

L’Église catholique célébrant l’arrivée des Rois mages à la crèche le 6 janvier, la galette devient le symbole des présents offerts à cet enfant-roi. Du légume sec à la fève de porcelaine, le principe de la galette des rois n’a pas changé et même si durant la Révolution française, certains grincheux ont décrété l’abolition de celle-ci pour promouvoir le jour des sans-culottes… Ils avaient oublié que c’était précisément l’occasion de se moquer des puissants et de devenir roi d’un jour !

Un partage équitable de la galette des rois

Heureusement que les gourmands ont continué à partager cette galette de pâte feuilletée qui peut avoir, selon les régions, de nombreuses déclinaisons. L’essentiel, c’est que le plus jeune de l’assemblée se glisse sous la table pour décider du partage du gâteau sans risque de favoritisme. Quant à celui qui trouve la fève dans sa part, il doit être magnanime et offrir le jour suivant une nouvelle galette ! Ainsi la fête peut durer tout le mois de janvier…


Galette des rois noisettes et cacao

Lire aussi :
Épiphanie : et si vous faisiez votre galette des rois ?

La fève, un porte-bonheur

Autrefois, la fève était ce légume sec que tout le monde avait chez soi… et qui symbolisait la fécondité puisqu’il possède un germe prêt à reprendre vie. Mais certains prétendent que les plus avares avalaient la fève afin de ne pas débourser d’argent…

Du simple légume sec au louis d’or, la fève a pris bien des formes. C’est à la fin du XIXe qu’en Allemagne, on fabriqua les premières de porcelaines représentant l’enfant Jésus, mais aussi des porte-bonheurs comme le fer à cheval ou le trèfle à quatre feuilles, avant de céder aux sirènes des dessins animés ou de la publicité…


frangipane cake and almond powder flour

Lire aussi :
Connaissez-vous le lien entre la frangipane et saint François d’Assise ?

Tags:
epiphanie
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Agnès Pinard Legry
Non-respect des mesures sanitaires : le diocèse de Paris ouvre un...
2
Camille Dalmas
Miséricorde divine : le livre qui a bouleversé le pape François
3
Attentat Indonésie
Agnès Pinard Legry
Attaque de la cathédrale de Makassar : le geste héroïque de Kosma...
4
WEB2-CONVERSION-SYRIE-SAINT-CHARBEL-Nadine-Sayegh.jpg
Nadine Sayegh
Témoignages : ces musulmans syriens convertis au christianisme
5
Agnès Pinard Legry
Une proposition de loi sur l’euthanasie, ultime ligne rouge éthiq...
6
Mathilde de Robien
Confinement, épreuve, traumatisme… comment favoriser la résilienc...
7
VISITING GRAVE
Mathilde de Robien
Perte d’un enfant : comment garder une mémoire « juste » ?
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement