Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Épiphanie : pourquoi une fève dans la galette des rois ?

Galette des rois - king cake
By bonchan | Shutterstock
Partager

J’aime la galette avec du beurre dedans… Mais aussi une fève, pour désigner le roi de la fête ! Lumière sur une tradition qui perdure depuis l'Antiquité...

L’Épiphanie, le 6 janvier, célèbre la venue des Rois mages à Bethléem pour adorer l’enfant Jésus qui vient de naître. Cette solennité s’accompagne de la traditionnelle galette des rois, que l’on partage le jour de l’Épiphanie ou le premier dimanche du mois. Mais savez-vous d’où vient cette coutume ?

Une tradition qui trouve ses prémices dans l’Antiquité

Depuis l’époque romaine, pour célébrer la phase ascendante de la lumière qui voit le renouveau de la vie et de la nature, on faisait la fête durant laquelle on désignait un roi d’un jour grâce à une fève glissée dans un gâteau, symbole de chance et de prospérité. Celui-ci avait pour mission d’orchestrer la fête avec fantaisie.

Qui sera le roi de fantaisie ?

L’Église catholique célébrant l’arrivée des Rois mages à la crèche le 6 janvier, la galette devient le symbole des présents offerts à cet enfant-roi. Du légume sec à la fève de porcelaine, le principe de la galette des rois n’a pas changé et même si durant la Révolution française, certains grincheux ont décrété l’abolition de celle-ci pour promouvoir le jour des sans-culottes… Ils avaient oublié que c’était précisément l’occasion de se moquer des puissants et de devenir roi d’un jour !

Un partage équitable de la galette des rois

Heureusement que les gourmands ont continué à partager cette galette de pâte feuilletée qui peut avoir, selon les régions, de nombreuses déclinaisons. L’essentiel, c’est que le plus jeune de l’assemblée se glisse sous la table pour décider du partage du gâteau sans risque de favoritisme. Quant à celui qui trouve la fève dans sa part, il doit être magnanime et offrir le jour suivant une nouvelle galette ! Ainsi la fête peut durer tout le mois de janvier…

La fève, un porte-bonheur

Autrefois, la fève était ce légume sec que tout le monde avait chez soi… et qui symbolisait la fécondité puisqu’il possède un germe prêt à reprendre vie. Mais certains prétendent que les plus avares avalaient la fève afin de ne pas débourser d’argent…

Du simple légume sec au louis d’or, la fève a pris bien des formes. C’est à la fin du XIXe qu’en Allemagne, on fabriqua les premières de porcelaines représentant l’enfant Jésus, mais aussi des porte-bonheurs comme le fer à cheval ou le trèfle à quatre feuilles, avant de céder aux sirènes des dessins animés ou de la publicité…

Tags:
epiphanie
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]