Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Connaissez-vous le lien entre la frangipane et saint François d’Assise ?

frangipane cake and almond powder flour
By sanddebeautheil | Shutterstock
Partager

Avant de mourir, saint François d’Assise avait demandé à revoir celle qu’il nommait frère Jacqueline… Et il lui réclama cette fameuse crème d’amande dont elle avait le secret !

Si tout le monde est d’accord sur l’origine italienne de la crème frangipane, certains racontent que c’est le comte Frangipani qui aurait offert la recette à Catherine de Médicis pour son mariage. D’autres font remonter l’histoire aux années 1640 lorsqu’un parfumeur et chimiste inventa des « gants de frangipane »,  imprégnés d’un parfum « d’amande », qui masquait l’odeur du cuir, utilisés par les armées de Louis XIII.

Mais la plus ancienne référence à cette crème fine d’amandes revient à François d’Assise, qui en réclame juste avant de mourir à son amie Jacomina de Settesoli, connue en France sous le nom de Jacqueline de Septisoles.

Frère Jacqueline

Jacqueline de Septisoles est née à Rome vers 1192, béatifiée par l’Église catholique et fêtée le 8 février. Le « Poverello » l’appelait frère Jacqueline. Elle avait épousé un certain Gratien Frangipani, mais devenue veuve prématurément, à l’âge de 25 ans avec deux enfants, elle consacrera sa fortune à aider les fondations de saint François qu’elle accueillait dans son palais romain du mont Palatin lorsque ce dernier venait à Rome. C’est là qu’il aurait découvert cette crème aux amandes qu’elle confectionnait. Saint François d’Assise l’aurait baptisée frangipane, du nom de son amie, Frangipani.

Douceurs terrestres

À la veille de sa mort, saint François demanda à la revoir et lui fit dire : « La fin de ma vie est proche. Mets-toi donc aussitôt en route si tu veux me revoir encore. Apporte je te prie de cette bonne chose que tu me donnais quand j’étais malade à Rome ». Aussitôt elle se mit en route avec tout ce qui était nécessaire aux funérailles de son ami… Mais aussi probablement avec cette fameuse crème qui adoucit sa fin de vie.

Si saint François n’a pas précisé le nom de la gourmandise à laquelle il fait alors allusion, et qu’il est fort probable que cela fasse référence à la crème d’amandes de son amie Jacqueline, une autre légende évoque les mostaccioli, des biscuits italiens, réalisé également avec de l’amande.

Jacqueline s’installa ensuite en Ombrie, pour être près de ceux qui avaient connu François. On l’inhuma non loin de lui, dans la grande basilique d’Assise.

La part du pauvre

Aujourd’hui, la crème frangipane est souvent utilisée pour fourrer la galette de pâte feuilletée que l’on sert pour l’Épiphanie dans le nord de la France. C’est ce mélange de crème d’amande et de crème pâtissière qui donne à la galette toute sa saveur. C’est aussi dans cette crème que l’on cache la fève.

Autrefois, on partageait la galette en autant de parts qu’il y avait de convives plus une ; la part du pauvre… Saint François, qu’on appelait le Poverello, aurait certainement apprécié !

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]