Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

« Je ne suis pas un ange » : l’ancienne mannequin Victoria’s Secret explique pourquoi elle a arrêté

KYLIE BISUTTI
YouTube
Partager

Bien des femmes rêvent d'embrasser une carrière de mannequin et d'obtenir le titre tant convoité d'ange Victoria's Secret, réservé à l'élite des modèles qui défilent pour la marque de lingerie. Kylie Bisutti faisait partie de ces jeunes femmes, et elle était à deux doigts de réaliser son rêve. Quand elle a compris à quel point elle faisait fausse route...

Dès sa plus tendre enfance, Kylie Bisutti a entendu les gens lui demander si elle n’envisageait pas de faire une carrière de mannequin. Au départ, elle était surprise par cet élan d’admiration. Il faut dire qu’elle était plutôt du genre garçon manqué, avec son physique élancé et ses longues jambes. Les garçons la traitaient de « girafe ». Finalement, avec le temps, elle a quand même décidé de se lancer dans le mannequinat.

Les débuts d’une carrière de mannequin

La maman de Kylie a accepté d’envoyer des photos de Kylie aux agences de mannequins de la région. Comme elles vivaient à Las Vegas, le choix s’est révélé considérable. Très vite, une agence a montré de l’intérêt pour la jeune fille et lui a fait signer son premier contrat. C’était une belle occasion de faire taire les moqueries reçues à l’école ! Enfin, elle n’était plus la risée de ses camarades.

Malheureusement, tout n’était pas rose. Kylie a vite pris conscience que son corps ne lui appartiendrait plus vraiment. Lorsqu’un client paie pour une photo, il peut faire pratiquement tout ce qu’il veut de son modèle. Teindre ses cheveux, les couper, lui coller de faux cils… Mais aussi l’obliger à porter des chaussures trop petites pour que cela rende mieux à l’image… Vu de près, le monde de la mode ne semblait plus aussi merveilleux.

Le diktat des mensurations

Un célèbre dicton dit : « Il faut souffrir pour être belle ». Il faut également souffrir pour être riche et célèbre… Dans un premier temps, Kylie a refusé d’abandonner sa carrière de mannequin, encouragée par des opportunités de plus en plus alléchantes. Elle n’était pas encore majeure, mais cela ne l’a pas empêchée de s’envoler seule pour des shootings, en Thaïlande et à New York. Sauf que si les cachets s’envolaient, cela allait aussi de pair avec des exigences des clients toujours plus élevées.

C’est à ce moment que son agent a décidé de faire poser Kylie topless pour son book, comme le font presque tous les modèles. « Ce n’est pas négociable », lui a-t-il annoncé, et Kylie a accepté, elle-même étonnée de son consentement. Elle n’avait pourtant que 16 ans. Un autre problème est alors survenu. Kylie Bisutti était considérée comme un « grand modèle ». Son agent a donc voulu qu’elle perde 5 centimètres au moins, sur les hanches et la taille. En six semaines ! Au prix d’une consommation exclusive d’eau et d’ananas, Kylie a réussi à perdre cinq kilos, soucieuse de répondre aux attentes de son agent.

Un mariage qui change beaucoup de choses

Et puis Mike est apparu dans la vie de Kylie. Il était beau et poli, et Kylie est tombée immédiatement amoureuse. Le coup de foudre fut réciproque. Mike était chrétien et n’a pas eu honte, lors de leur premier rendez-vous, de prier avant de manger. Ils se sont mariés peu de temps après. À partir de là, le mannequinat a tout de suite eu bien moins d’intérêt aux yeux de Kylie. La foi était entrée dans sa vie.

C’est à cette époque qu’une autre opportunité s’est présentée à Kylie. La célèbre marque de lingerie et de cosmétiques Victoria’s Secret lançait un concours devant permettre à l’heureuse gagnante de défiler pour elle et de participer à une séance photo en bikini. Des milliers de filles ont postulé, dans l’espoir d’être repérées et de devenir peut-être par la suite l’un des célèbres anges de Victoria’s Secret. Kylie a tenté sa chance.

La grande gagnante du Victoria’s Secret Model Search

Elles étaient 10 000 à rêver du titre. Les étapes du concours se sont succédées, et Kylie les a toutes réussies avec succès. À la fin, elles n’étaient plus que deux candidates encore en lice. Et c’est Kylie qui a gagné la compétition ! Elle n’en revenait pas, elle avait tout simplement réussi ce que des milliers de filles rêvent de faire. Les effets n’ont pas tardé à se faire ressentir et les propositions bien plus rentables ont commencé à affluer. Kylie avait l’impression de vivre un conte de fée… Mais dans ce conte de fée, le prince charmant était laissé sur la touche… La plupart des gens ignoraient complètement que Kylie était mariée.

Une décision capitale

Lors d’un shooting, on lui a dit : « Je veux que tu ailles sur ce lit et que tu gardes la couette sur toi, sans culotte. Penses-tu pouvoir le faire ? ». Non, elle ne pouvait pas le faire… Ne serait-ce que parce qu’elle ne le voulait pas vraiment ! Le photographe, agacé, lui a alors crié : « C’est ton boulot ! Ils te paient pour ça ! ».

À ce moment-là, quelque chose s’est cassé en Kylie. Elle a enfin compris qu’elle n’était perçue que comme quelqu’un qui vend sa sexualité. Elle n’en pouvait plus. Lorsqu’elle a annoncé à son mari qu’elle abandonnait ces séances photos, il l’a embrassée et dit : » Merci, chérie. J’ai tellement prié pour toi. »

La décision de Kylie Bisutti de mettre un terme à sa prometteuse carrière a été un grand choc dans l’univers de la mode. L’incompatibilité entre son statut de mannequin et sa foi n’a pas manqué de faire réagir. Kylie n’a jamais regretté, et elle a rapidement disparu des médias. Désormais mère de quatre enfants, elle s’affiche sur Instagram, sans maquillage. Ne dit-on pas que la vraie beauté est ailleurs ?

Article traduit et adapté de l’édition polonaise d’Aleteia.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]