Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 24 novembre |
Saint Clément Ier
home iconAu quotidien
line break icon

La soupe populaire, une invention vieille de 1.600 ans

SOUP SHELTER

Corinne Simon I Ciric

Isabelle Cousturié - Publié le 01/01/18

Non, la soupe populaire n'est pas une "invention" du XIXe siècle. Saint Basile Le Grand, ce géant de la charité, y avait déjà pensé au IVe siècle.

En cette période de grand froid et de crise économique, se multiplient les soupes populaires pour les personnes démunies et désespérées. Aujourd’hui, de nombreuses associations servent des soupes chaudes dans tant de villes et villages à travers le monde. Le terme « soupe populaire » a été popularisé après le krach 1929, quand elles ont évité à des millions de chômeurs de mourir de faim et de froid aux États-Unis et en Europe. Elles étaient ré-apparues à la fin du XIXe siècle dans les pays industrialisés. Ré-apparue, car contrairement à ce que l’on pourrait croire, ces soupes populaires n’étaient pas les toutes premières.


HELP GIRL

Lire aussi :
Des idées pour venir en aide aux sans-abri près de chez vous

Le Livre des merveilles, cet ouvrage dont vous entendrez souvent parler au fil de nos récits sur la vie de tant de saints, missionnaires, mystiques, géants de la charité, ou témoins méconnus, ayant tout quitté pour vivre en cœur à cœur avec Dieu, nous fait remonter au IVe siècle, en Cappadoce (Turquie) à un moment de grande famine, quand saint Basile de Césarée (329-379), choqué par l’égoïsme des riches qui regardaient sans rien faire, se mit à pied d’œuvre pour mettre son intelligence et ses ressources au service des affamés. Basile Le Grand, comme on l’appelle dès son vivant, est l’inventeur de la toute première soupe populaire, dont on peut dire que les Restos du cœur, l’Ordre de Malte et les compagnons d’Emmaüs sont aujourd’hui dans la droite ligne.

Une grande collecte de légumes

Qui est ce Basile ? C’est est un homme instruit, né dans une famille aisée. Alors qu’il pense à s’amuser et se faire une bonne position, Macrine, sa sœur, qui est chrétienne, souhaite de tout son cœur qu’il découvre Jésus. Une phrase du Christ Roi — « Chaque fois que vous ne l’avez pas fait à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous ne l’avez pas fait » — suffit à le décider de tout quitter et se mettre à son service. Alors Basile devient prêtre et imagine une conduite — une règle de vie encore en vigueur chez tous les moines d’Orient — pour être plus proche des nécessiteux. Ainsi, durant le terrible hiver 368, alors que les habitants de Césarée meurent de faim, il rassemble toutes les victimes et organise une grande collecte de légumes, les fait cuire dans des marmites et les distribue lui-même à tous.


hiver solidaire

Lire aussi :
Hiver Solidaire, une initiative qui inspire la France entière

Devenu évêque de la ville, il ne cessera de dénoncer les inégalités sociales, l’exploitation des pauvres par les riches, un engagement qui fera de lui l’un des précurseurs du christianisme social. Il développe les grands thèmes sociaux : égalité de tous devant Dieu, dignité de toute personne humaine, nécessité d’une redistribution des biens pour limiter la cupidité et l’enrichissement des uns, mettre fin à la misère des autres. Il prêche contre le luxe, l’avarice et l’usure. Parmi ses grandes réalisations sociales : la construction d’une véritable cité que le peuple appela Basiliade (la ville de Basile) avec des abris pour les étrangers et les hôtes de passage, un hospice de vieillards, un hôpital, et des logements pour les employés et les ouvriers.

Sainte soupe de Basile

En ces mois d’hiver, rien de mieux que de la bonne « soupe de saint Basile », version monastique, pour « réchauffer le corps, le cœur et l’âme ». Cette soupe fait partie des six « saintes soupes » nommées selon leur origine ou le saint ou la sainte qui les ont inspirées, et sont aujourd’hui abondamment consommées dans les monastères.

Tags:
chariteSaint
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Mathilde de Robien
« S’il te plaît Marie » : une grande suppliqu...
Sanctuaire Notre-Dame de Montligeon
Agnès Pinard Legry
Cas de Covid-19 au sanctuaire de Montligeon :...
Baptême à domicile chez Antoinette Faure
Timothée Dhellemmes
Confinée, Antoinette, 90 ans, a reçu le baptê...
Solenn Varennes
Créations originales et grands classiques, no...
christ en majesté
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
Le Christ-Roi, ou comment servir un roi qui s...
La rédaction d'Aleteia
Célébrer le dimanche 22 novembre à la maison
La rédaction d'Aleteia
L'ultime enregistrement de Michael Lonsdale s...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement