Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!
Aleteia

500 ans après, deux œuvres de Raphaël sont redécouvertes au Vatican

Lady Representing Justice by Raphael (1483–1520)
Partager

C’est lors de travaux de restaurations que les conservateurs ont eu l’incroyable surprise de découvrir deux œuvres inédites du célèbre peintre italien.

Deux peintures, dans un parfait état de conservation, sont ressorties des murs d’une des pièces du Musée du Vatican a annoncé CNN. Les oeuvres représentent deux figures féminines, allégories de la Justice et de l’Amitié. Réalisées à la peinture à l’huile, elles auraient été peintes autour des années 1520.

Réalisées par la main même de Raphaël ?

Depuis la découverte, plusieurs indices permettent aux experts d’affirmer qu’il s’agit d’œuvres réalisées par le grand maître de la Renaissance. Tout d’abord la chronologie. En 1508, le pape Jules II fait appel à Raphaël pour décorer ses appartements privés. Le peintre décore trois pièces mais meurt trop rapidement pour achever la dernière pièce — dite « chambre de Constantin » — dont il aura, cependant, fournit les plans pour sa décoration.

Autre détail important : pour cette quatrième pièce, Raphaël avait choisi d’utiliser de la technique de la peinture à l’huile et non la technique de la fresque. Le choix de cette technique inédite concorde avec les propos de Vasari qui écrit en 1550 — dans son livre Vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes — que Raphaël avait commencé à travailler sur ces deux figures en utilisant une nouvelle technique à l’huile. Enfin, les coups de pinceau, les coloris et la technique picturale sont typiques du peintre.

Lancement d’un grand chantier de restauration

Malgré leur bon état de conservation les peintures — ainsi que l’ensemble de la pièce — nécessitent des travaux de restauration qui s’étaleront jusqu’à 2022. La directrice des musées du Vatican, Barbara Jatta va engager 3,1 millions d’euros. Une grande partie de ces frais a déjà été couverte par des mécènes privés américains. Reste-t-il d’autres chef-d’oeuvres cachés au sein du Vatican ? Certainement, comme l’a déclaré la directrice : »Nous cherchons toujours… ça ne finit jamais. »