Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Retraite en ligne de l’Avent : communier

Robert Harding | AFP
Partager

L’Œuvre des vocations propose jusqu'à Noël une retraite de l’Avent en ligne. Elle est prêchée par le père Vincent Thiallier sur le thème : "Se rassembler dans l’attente du Sauveur". Cette semaine, il nous propose des oraisons qui donnent le sens de la Nativité que nous allons célébrer dans quelques jours.

Tu n’as pas supporté, Seigneur, que l’homme soit abandonné à la mort, mais tu as voulu le racheter en lui envoyant ton Fils Unique ; accorde, nous t’en prions, à ceux qui s’inclineront devant l’enfant de Bethléem de communier à la vie d’un tel Rédempteur.

Il est des choses qui nous paraissent insupportables, que nous ne pouvons tolérer. Une nuisance sonore, une odeur infecte, une attitude désinvolte quand nous attendons de l’attention. Dans tous les cas, nous voulons en finir et prendre les moyens pour le faire, en trouvant la source du problème, en changeant de lieu, en exerçant un acte d’autorité.

L’oraison nous indique la raison de la venue du Christ dans le monde. « Que l’homme soit abandonné à la mort » est insupportable à Dieu. Il prend les moyens d’y mettre un terme : permettre à l’homme « de communier à la vie d’un tel rédempteur », son Fils unique. Être abandonné à la mort ou communier à la vie : voilà l’alternative devant laquelle nous nous trouvons. Déjà le Seigneur l’indiquait à Moïse dans le livre du Deutéronome : « Je mets devant toi la vie ou la mort, la bénédiction ou la malédiction. Choisis donc la vie, pour que vous viviez toi et ta descendance en aimant le Seigneur ton Dieu, en écoutant sa voix, en vous attachant à lui » (Deutéronome 30, 19-20).

Le choix paraît simple et la solution l’est aussi : s’incliner devant l’enfant de Bethléem. Cet enfant n’est pas seulement le santon que nous déposons dans notre crèche, mais le Fils unique de Dieu qui offre sa vie pour nous, dans l’Eucharistie. Nous incliner ne marque pas seulement un signe de respect, mais un acte profond d’humilité de notre part en  reconnaissant que sans la communion à la vie du Fils de Dieu qui s’offre à nous, nous ne pouvons rien contre la mort.

Pour découvrir les retraites en ligne, cliquez-ici.

L’Œuvre des vocations prend en charge les frais liés à la formation des séminaristes. Soutenez la formation des prêtres d’Île-de-France.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]