Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Ces expressions qui ont une origine biblique : « Pleurer comme une madeleine »

Public domain
Marie Madeleine par Philippe de Champaigne.
Partager

Découvrez ces expressions que nous utilisons depuis notre plus jeune âge. Certaines ont tellement imprégné notre culture qu’on ne soupçonne pas qu’elles puissent avoir une origine biblique.

Cette belle expression qui signifie pleurer abondamment ou à chaudes larmes n’a absolument rien à voir avec Proust et les petits gâteaux bombés du même nom ! Elle pourrait presque s’écrire « pleurer comme une Madeleine » avec un M majuscule car elle fait référence au personnage de Marie-Madeleine dans le Nouveau Testament.

Trois femmes sont généralement identifiées à Marie-Madeleine : Marie de Magdala, devenue l’une des plus fidèles disciples de Jésus après qu’il l’ait délivrée de 7 démons (Luc 8, 2), Marie de Béthanie, sœur de Marthe et Lazare, et la pécheresse anonyme, qui, alors que Jésus est invité à un repas, s’agenouille auprès de lui en pleurant, lui lave les pieds en confessant ses péchés et les couvre de parfum. « Tout en pleurs, elle se tenait derrière lui, près de ses pieds, et elle se mit à mouiller de ses larmes les pieds de Jésus » (Luc 7, 38). Devant l’abondance de ses larmes et la sincérité de son repentir, Jésus lui pardonne ses péchés.

Saint Jean rapporte également une onction de parfum, cette fois par Marie de Béthanie mais Marie ne pleure pas, son geste est dicté par l’amour et le respect, non par les remords (Jean 12, 3).

Quant à Marie de Magdala, profondément attachée à Jésus et à sa parole, elle est présente tout au long de la Passion du Christ et c’est à elle que Jésus apparaît en premier alors qu’elle pleure toutes les larmes de son corps après avoir découvert son tombeau ouvert et vide. « Marie Madeleine se tenait près du tombeau, au-dehors, tout en pleurs. Et en pleurant, elle se pencha vers le tombeau ». (Jean 20, 11) Les anges présents dans le tombeau, puis Jésus lui-même, qu’elle ne reconnaît pas et prend pour le jardinier, lui demandent alors : « Femme, pourquoi pleures-tu ? » (Jean 20, 13 et 15).

Du chagrin à la joie

Que ce soit Marie de Magdala ou la pécheresse anonyme (ou les deux !) qui ait inspiré l’expression, les larmes versées expriment un chagrin sincère et intense et trouvent en retour l’amour de Jésus qui transforme les larmes de peine en larmes de joie en pardonnant les péchés et en montrant que la vie est plus forte que la mort.

C’est au XIXe siècle que l’expression se popularise, notamment grâce à Honoré de Balzac dans les «Petites misères de la vie conjugales » de « La Comédie Humaine ». Auparavant (XIIIe siècle), une expression proche, « faire la madeleine », signifiait affecter le repentir ou l’humilité avec ostentation.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]