Aleteia
Mardi 20 octobre |
Sainte Adeline
Actualités

"Si le Christ était sur Terre, il serait avec nous en prison"

IOAN PLOSCARU

YouTube - Seredenco Popian

Sylvain Dorient - Publié le 20/12/17

Mgr Ioan Plosacru, arrêté par la police politique roumaine en 1950, raconte dans un ouvrage posthume - "Chaînes et terreur", éditions Salvator, 2017 - ses quinze ans passés sous les verrous communistes.

Pour se faire une idée de la tornade qui s’est abattue sur l’Église gréco-catholique de Roumanie, après la deuxième guerre mondiale, l’actuel évêque de Lugoj, ville de l’Ouest de la Roumanie, Alexandru Mesian nous confie : « Nous avions 298 lieux de cultes en 1948… pas une seul  en 1988 ! » Cette Église, soupçonnée par le régime communiste d’intelligence avec le Bloc occidental a été impitoyablement traquée. Le prédécesseur de Mgr Mesian, Ioan Ploscaru, décédé en 1998, accepta sa charge en 1948, dans ce contexte tendu. « Il savait qu’il ne recevait pas une distinction, mais une croix à porter », assure Mgr Mesian. De fait, son courage lui a valu quinze ans de prison.

Arrêté comme un terroriste

Connaissant la précarité de sa situation, le nouvel évêque se préparait à son séjour en prison. Il s’entraînait à rester debout des jours entiers, à jeûner, à dormir à même le sol. Son arrestation en 1950 ne le pris pas au dépourvu, et il l’a interprété comme la volonté de Dieu. Baisant le verrou de sa cellule il prononce cette prière : « Seigneur, j’accepte tout cela et je le supporte à ta place, car si tu étais maintenant sur la terre, chez nous, tu serais certainement en prison ».




Lire aussi :
Des missionnaires allemands victimes du communisme déclarés bienheureux

Il fait connaissance avec les sinistres pratiques de la Securitate, la police politique secrète roumaine sous l’ère communiste. Les prisonniers sont soumis au froid et à la faim pour les détruire moralement, puis aux interrogatoires assortis de tortures. Mgr Ploscaru lui-même fut battu, et placé dans une cellule isolée, sans aucun contact humain, avec un lit de fer pour tout meuble, pendant deux ans. Beaucoup de prisonniers qui ont connu ces conditions de détention perdaient la raison.

Les quinze  années les plus importantes de sa vie

Il n’a jamais cessé d’avoir la foi. Cela ne le rendait pas insensible à la souffrance, mais cela lui donnait un sens, assure Mgr Mesian. Non seulement sa personnalité ne fut pas altérée, mais il a considéré cette épreuve comme une grâce, et il appelait son emprisonnement « les quinze années les plus importantes de sa vie ». Il fut un réconfort pour ses camarades détenus, et quand il fut isolé des autres, soumis à une inactivité totale, il s’est mis à inventer des poèmes qu’il se remémorait chaque jour pour ne pas les oublier. Il les a publié à sa sortie de prison dans un recueil intitulé Croix de barreaux. En voici un extrait :

Cinq Barreaux en croix sur la vitre opaqueAttendent la moindre pensée pour l’étouffer,Cinq croix qui depuis des années me fixent en silenceEt sont signe de tombe sur le monde.Les ennemis, Seigneur, n’ont pas assez de fer,Leurs chaînes sont trop peu nombreusesPour tuer notre désir du cielEt nous fermer à ton amour.

Mgr Ploscaru a survécu à la prison, contrairement à d’autres évêques gréco-catholiques enfermés comme lui : Mgr Ioan Suciu, Valeriu Traian Frentiu et Tit-Liviu Chinezu entre autres. Il ne reste plus de trace de leurs corps, car le cimetière où ils étaient enterrés a été rasé. « Dieu en a peut-être décidé ainsi pour que les évêques morts restent comme des reliques invisibles à la vase visible de l’Église roumaine de demain », écrit Mgr Ploscaru.




Lire aussi :
Le Vatican reconnaît un nouveau martyr du communisme : Tito Zeman

Ces martyrs de la foi seront prochainement béatifiés, nous assure Mgr Pascal Gollnisch, directeur de l’Œuvre d’Orient. « L’Église gréco-catholique était condamnée à mort, mais 48 ans plus tard, cette Église est ressuscitée ». En 24 ans, le diocèse de Lugoj a bâti 48 églises.

La Roumanie, après la chute du communisme, a connu un regain extraordinaire de la pratique religieuse, constate Mgr Gollnisch. Elle le doit probablement à ses témoins, qui comme Mgr Ploscaru, ont fait preuve d’une conviction qui impressionna leurs redoutables geôliers eux-mêmes. L’enquêteur de la Securitate, Tanase disait à l’évêque prisonnier en 1957 : « J’ai déjà eu à interroger des légionnaires, des auteurs d’attentats, des politiciens et des espions, mais jamais je n’ai rencontré autant d’opiniâtreté que chez les prêtres catholiques. »

Mgr Ioan Plosacru, Chaînes et terreur : un évêque dans les geôles communistes, Salvator, octobre 2017, 392 p., 22 euros.

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
communisme
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Edifa
Sexualité : comment raviver le désir quand il...
WEB2-SAMUEL PATY-AFP-000_8TB6FJ.jpg
Agnès Pinard Legry
Professeur décapité : des intentions de prièr...
Agnès Pinard Legry
Avec le couvre-feu à 21h, les paroisses contr...
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
WEB2-ERIC DUPOND-MORETTI-AFP-080_HL_NORCHARD_1209116.jpg
Agnès Pinard Legry
La discrète visite d’Éric Dupond-Moretti à la...
MORNING
Cerith Gardiner
Dix paroles inspirantes pour commencer sa jou...
Edifa
Connaissez-vous vraiment toutes les missions ...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement