Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Mgr Vingt-Trois à propos de Johnny : « C’est notre mission d’enterrer des pécheurs »

JOHNNY HALLYDAY
Yoan VALAT - POOL - AFP
Les funérailles de Johnny Hallyday à l'Eglise de la Madeleine le 9 décembre.
Partager

Alors que son successeur, Mgr Michel Aupetit, sera installé le 6 janvier prochain, Mgr Vingt-Trois se livre une dernière fois dans un entretien accordé au Parisien. Survolant de nombreux sujets, il revient sur la mort de Johnny Hallyday et la ferveur qui s’est emparée des Français.

Désormais administrateur apostolique du diocèse de Paris, Mgr André Vingt-Trois passera la main à son ancien évêque auxiliaire, Mgr Michel Aupetit, qui sera installé le 6 janvier. Dans une longue interview accordée au Parisien, il revient sur la mort de Johnny Hallyday et ce qu’elle a suscité chez de nombreux Français. « C’est une vedette qui a marqué plusieurs générations, qui a touché la sensibilité de beaucoup de gens », rappelle-t-il.

Aux personnes rappelant la vie « pas toujours très catholique » de la rockstar, Mgr Vingt-Trois souligne avec justesse la dimension universelle de l’Église catholique. « Tous les jours, dans nos églises, on enterre des pécheurs. C’est notre mission, détaille le cardinal Vingt-Trois. Qu’on soit émus par la souffrance des hommes et qu’on la partage, c’est aussi notre mission ».

Interrogé sur le paradoxe entre la déchristianisation de la France et la présence massive des Français à l’Église de la Madeleine, Mgr Vingt-Trois souligne l’aspect central de la mort, « un événement où l’homme touche aux limites de ce temps ». « Par elle, on découvre que nous ne verrons plus ce que nous voyons. Ou on considère que tout est fini, on tire le rideau et on oublie. Ou on pense qu’il y a quelqu’un et que l’existence ne se limite pas aux quelques dizaines d’années que nous avons sur Terre ».

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]