Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Irak : la renaissance de la vie paroissiale

MASS KIRKOUK
Fraternité en Irak
Messe à la cathédrale de Kirkouk, en Irak.
Partager

À l’approche de Noël, les églises d’Irak retrouvent leur vitalité. Chacune d’elle à son histoire propre.

Un reportage depuis l’Irak par Maxime Dalle.

À Bagdad, les catholiques vont prier à la cathédrale Sayidat al-Najat. La même cathédrale qui fut l’objet d’un terrible attentat en octobre 2010. Plus de 58 chrétiens avaient péri dont deux jeunes prêtres qui célébraient la messe. Ce carnage revendiqué par un État islamique naissant, a marqué l’ensemble des chrétiens d’Irak. Le gouvernement avait, en 2012, financé l’intégralité des rénovations, soit dix millions de dollars. Un acte fort pour montrer son soutien à une communauté chrétienne déjà persécutée.

L’église est aujourd’hui flambant neuve mais la mémoire des victimes reste omniprésente et douloureuse. De grandes bannières à l’effigie des martyrs trônent dans la cathédrale. Un musée a même été inauguré dans la crypte pour se souvenir de ces chrétiens exécutés qui n’avaient d’autres torts que d’assister à l’office. Mgr Youssif Abba, archevêque syriaque nous confie : « Aujourd’hui la cathédrale est protégée par des murs blindés, par des soldats, pour éviter toute intrusion meurtrière. Les paroissiens sont encore sous le choc mais ils restent fidèles. » L’archevêque ne se déplace aujourd’hui qu’en voiture. Il est contraint de vivre dans une enclave surveillée, à l’écart de la population. Par ailleurs, cela ne l’empêche pas de visiter régulièrement ses paroissiens, notamment la communauté des « chrétiens déplacés ».

MASS KIRKOUK
Fraternité en Irak
Dans la cathédrale de Kirkouk, en Irak.

L’église comme épicentre

À quelques kilomètres de la cathédrale, est établi depuis quelques années un camp de réfugiés chrétiens où sont logées quelque 90 familles de la plaine de Ninive. Sur un terrain vague, des suites de bungalows, des générateurs pour garantir une électricité minimale, une vie recluse. Ces chrétiens, traumatisés par Daech, hésitent à rentrer chez eux. Il y a tout d’abord la peur de ne pas retrouver de travail et de découvrir sa maison détruite ou brûlée. Pas facile de quitter cette vie précaire à Bagdad pour tout recommencer, tout reconstruire. Pour éviter de sombrer dans l’oisiveté et la mélancolie; l’église locale, sous l’impulsion de l’évêque, anime le camp par de multiples activités paroissiales.

Le cœur battant de ce village de fortune reste l’église. Elle ne sert pas uniquement à célébrer la messe. On continue à y préparer des mariages, à y suivre des enseignements, on y trouve aussi, à proximité, les bureaux des responsables du camp. L’église est l’épicentre de la vie sociale. Saïd, chrétien et père de famille de 58 ans, s’y sent rassuré. « Une messe quotidienne est dite par l’Abouna (le Père en arabe). Les femmes y participent pendant que les hommes ruminent sur leur hypothétique retour à la maison. » Mgr Abba revêt les habits du pasteur mais aussi du père. Sa présence apaise. Il est comme un chef de tribu qui a pour difficile responsabilité de maintenir l’espérance.

MASS BAGHDAD
Fraternité en Irak
Une messe dans le camp des déplacés, à Bagdad.

Le Christ, dernier consolateur

Plus au Nord, dans la ville de Kirkouk, la situation est différente. La cathédrale du Sacré-Cœur réunit tous les chrétiens chaldéens du quartier. La messe dominicale est présidée par Mgr Yousif Thomas Mirkis, l’évêque du lieu. Pendant son homélie, l’évêque redonne de l’espoir à l’approche de Noël. Jésus est « le chemin, la vérité, la vie ».  L’assemblée, nombreuse,  entonne avec une grande ferveur des chants liturgiques en arabe, prie avec une rare intensité. Du chérubin à Malika, grand-mère de neuf petits enfants, tout le monde chante d’une même voix l’Alléluia. Les visages sont graves ; le Christ paraît être le seul et dernier consolateur.

En ce temps de l’Avent, la foi en une renaissance, en un avenir plus apaisé, prend tout son sens. On voit sur le visage de ces chrétiens « survivants » une même harmonie, un même élan vers Dieu. La pastorale se déploie à nouveau. Comme le mythique tombeau de Mar Behnam, haut-lieu de pèlerinage en Irak, qui, grâce aux ouvriers chrétiens et à l’équipe de Fraternité en Irak, renaît de ses cendres… Nous découvrirons la semaine prochaine, à l’occasion de la Nativité, ce monastère syriaque du IVe siècle, joyau de l’Église orientale.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Pour que la lumière continue à briller dans l'obscurité

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à fournir des articles qui enrichissent, inspirent et informent votre vie catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.