Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

De Nazareth à Bethléem : l’éprouvant périple de Marie et Joseph

PUSTYNIA JUDZKA
Partager
Commenter

Pour pouvoir mettre au monde Jésus à Bethléem et accomplir les prophéties de l'Ancien Testament, Marie et Joseph ont dû affronter de dures épreuves.

« Et toi, Bethléem Éphrata, le plus petit des clans de Juda, c’est de toi que sortira pour moi celui qui doit gouverner Israël. Ses origines remontent aux temps anciens, aux jours d’autrefois », écrit le prophète Michée (Michée 5,1). Cependant, même si Joseph, descendant du roi David, est bien originaire de la petite ville de Judée, lui et Marie vivent à Nazareth, au nord de la Galilée, quand cette dernière est enceinte de Jésus, comme le rappelle l’évangile de Luc.

Un périple de plus de 150 km

Mais alors que Marie est presque au terme de sa grossesse, l’empereur Auguste ordonne un grand recensement qui oblige chacun à se rendre dans sa ville d’origine. Ainsi, « Joseph, lui aussi, monta de Galilée, depuis la ville de Nazareth, vers la Judée, jusqu’à la ville de David appelée Bethléem. Il était en effet de la maison et de la lignée de David » (Luc 2, 4). Un périple de 156 kilomètres, qui a représenté une vraie épreuve pour le couple, à une époque où les routes n’étaient pas pavées, alors qu’elles l’étaient dans une bonne partie de l’Empire romain, et où le seul moyen de transport pouvait être un âne ou un chameau. Ajoutons que Joseph était probablement assez âgé et que Marie en était à presque neuf mois de grossesse.

Bethléem, anciennement nommée Éphrata, est située à 7 kilomètres au sud de Jérusalem et se trouve tout de même à 750 mètres d’altitude. Bien qu’il s’agisse de la ville du roi David et que la matriarche Rachel, deuxième épouse de Jacob, y est enterrée, elle est considérée comme mineure à l’époque. Le chemin, très montagneux, est néanmoins emprunté par de nombreuses caravanes qui vont de Jérusalem en Égypte.

Les évangiles canoniques ne disent rien sur le moyen de transport utilisé par le couple, mais pouvons supposer qu’ils avaient à leur disposition un âne qui portait la nourriture. Ils ont aussi probablement dormi trois ou quatre nuits à la belle étoile ou en auberges. Un voyage fatiguant au terme duquel les conjoints n’ont rien trouvé d’autre pour se coucher qu’une étable. La fête de Noël doit ainsi nous rappeler le courage et le dévouement de ce couple exemplaire.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]