Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 19 janvier |
Sainte Marguerite de Hongrie
home iconSpiritualité
line break icon

Comment Padre Pio était incollable sur Noël

©MP | Portfolio | Leemage

Padre Pio parmi les fidèles avec un calice. Les années 60.

Isabelle Cousturié - Publié le 11/12/17

Padre Pio adorait tellement Noël qu’il comptait les jours jusqu'à cette fête, et nombreux sont les témoignages de faits inexplicables ce jour-là.

Toutes les personnes qui ont connu le saint le plus populaire d’Italie sont unanimes. À tout instant de l’année, si on demandait par surprise dans combien de temps arriverait la fête de Noël, Padre Pio était incollable. Il savait très précisément le nombre de jours et d’heures qu’il restait. « Aucune fête ne m’émeut comme celle-là » car — disait-il à ceux qui s’étonnaient de cette attente presqu’enfantine — « si la résurrection est l’éclatement de la gloire, Noël est la divine tendresse qui prend l’esprit et le cœur ». À la vue du petit Jésus dans la crèche, le visage du saint capucin s’éclairait d’une tendresse infinie, d’une joie et d’une compassion presque douloureuse qui le faisaient fondre en larmes.

Des Noëls inoubliables

Au moment de Noël, Padre Pio, entrait en totale harmonie avec le mystère de la naissance du Christ, voyait en cet événement l’amour démesuré de Dieu à l’égard de l’homme. Le « Dieu fait chair » est né, proclamait-il à l’heure venue. Et l’heure venue était minuit, pas une seconde de plus ou de moins. Et c’est à lui, généralement si réservé et ne demandant jamais rien pour lui-même, que le supérieur du couvent des frères capucins cédait la célébration de la messe de minuit alors que c’est à lui qu’aurait dû revenir la tâche.




Lire aussi :
Une neuvaine avec Padre Pio pour approfondir sa vie de baptisé

Mais comment enlever aux fidèles ce moment inoubliable pour tous ceux qui accouraient de loin, voire de très loin, pour y assister ? La messe pouvait durer jusqu’à cinq heures du matin. Pourtant les fidèles arrivaient par milliers, bravant le plus souvent la neige et des températures glaciales pour y assister. À minuit, ils voyaient arriver Padre Pio sur l’esplanade, revêtu d’une chape ancienne, brodée d’or fin, portant dans ses bras l’Enfant Jésus, radieux et concentré, « comme s’il portait vivant dans ses bras le sauveur du monde », passant ensuite au milieu de la foule qui faisait la haie à l’entrée de l’église, rapporte Emanuele, un fils spirituel de Padre Pio.




Lire aussi :
Padre Pio : sa vie, ses miracles, ses souffrances, son héritage

Les visions

Avant la célébration, Padre Pio s’entretenait avec les fidèles, son visage déjà transfiguré par des faits inexplicables, rapportent divers témoins. Au milieu de tant d’autres anecdotes sur des épisodes marquants de la vie du saint, rapportés dans son  Diario(journal), le supérieur du couvent de San Giovanni Rotondo, Ignazio da Ielsi, raconte celui de Lucia Iadanza, sa fille spirituelle. Nous sommes le 24 décembre 1922, Padre Pio est jeune et vient de recevoir les stigmates (Riscossa Cristiana):

« Les frères avaient apporté un grand brasier dans la sacristie et tant de personnes étaient autour pour se réchauffer. Nous répétions le rosaire dans l’attente de la messe. Padre Pio était parmi nous. Soudain dans un halo de lumière., on vit apparaitre l’enfant Jésus dans ses bras. Le visage de Padre Pio était transfiguré, ses yeux posés sur cette figure baignée de lumière qu’il tenait dans les bras, les lèvres entre-ouvertes dans un sourire d’extase. Puis la vision s’évanouit. À mon regard, le Padre comprit que j’avais tout vu. Il s’approcha de moi et me dit “n’en parle à personne” ».

Le père Raffaele a vécu 35 ans aux côtés de Padre Pio. Sa chambre était collée à la sienne. Nous sommes le 24 décembre 1924. Il témoigne lui aussi d’une scène bouleversante :

« Je m’étais levé pour assister à la messe de minuit.  Le couloir est immense dans l’obscurité juste éclairée par la petite flamme d’un lumignon. Dns la pénombre je vis descendre aussi Padre Pio pour se rendre à l’église. Sorti de sa cellule, il avançait lentement. Je me rendis compte qu’il était enveloppé d’un halo de lumière. Je regardai mieux et vis qu’il portait dans ses bras l’Enfant-Jésus. Eberlué je me suis alors agenouillé. Padre Pio passa devant moi sans se rendre compte de ma présence ».


Funeral do Padre Pio

Lire aussi :
Le jour où Padre Pio reçut une grâce spéciale de la Vierge de Fatima

La crèche toujours en face du confessionnal

Ce que Padre ressentait à ces moment-là personne ne le sait. Si ce n’est au détour de quelque confidence épistolaire révélée à droite et à gauche par ses confrères ou ses enfants spirituels. Un jour il confia à l’un d’eux : « Oh mon Dieu, je ne saurais vous décrire ce que je ressens dans mon cœur en cette heureuse nuit. Mon cœur déborde d’un saint amour envers notre Dieu “fait chair” ». À une de ses filles spirituelles, Raffaelina Cerase, Padre Pio a confié : « Dès que commence la Neuvaine en l’honneur du saint Enfant-Jésus, on dirait que mon esprit renait à une nouvelle vie : mon cœur se sent suffisamment petit pour contenir les biens célestes ; mon âme sent qu’elle se dépouille en présence de notre Dieu qui s’est fait chair pour nous. Comment résister ? Comment ne pas l’aimer d’une nouvelle ardeur ? Empressons-nous autour de l’Enfant-Jésus, d’un cœur immaculé de faute et nous pourrons goûter à la douce saveur de son amour ».

À chaque messe de minuit, rappellent les frères capucins, Padre Pio revenait à la sacristie, le visage pâle et d’une beauté surnaturelle. Quant à l’emplacement de la crèche, c’était toujours le même : en face du confessionnal pour pouvoir le voir pendant qu’il administrait le sacrement de la pénitence. Il restait dans le confessionnal, rapportent ses confrères, des heures et des heures chaque jour, le regard fixe sur la statuette de l’Enfant-Jésus. Oui, Padre Pio avait une infinie passion pour Noël. « Il lui suffisait d’entendre le son d’un instrument champêtre ou d’une berceuse pour le faire entrer en extase », ajoutent ses supérieurs.


PADRE PIO

Lire aussi :
Quand Padre Pio reçut la visite d’une âme du purgatoire

Jean Paul II, Benoit XVI, François : ce qu'ils disent sur la joie de l'Avent

Tags:
NoëlPadre Pio
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Rachel Molinatti
Avec ToonMe, découvrez des saints animés !
ROSES
Marzena Devoud
Oubliez les nains, mettez des saints dans vot...
FIV
Agnès Pinard Legry
Bioéthique : les évêques invitent à quatre ve...
WEB2-STATUE-VIERGE-ISERE-GOOGLE-STREET-VIEW.jpg
Agnès Pinard Legry
Isère : une statue de la Vierge n’a plus droi...
SAMUEL ELI
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
Allô, Samuel ? Comment Dieu nous appelle enco...
D'CRUZ FAMILY
Cerith Gardiner
Ensemble, ils ont 1.042 ans : le secret de la...
Agnès Pinard Legry
Marlène Schiappa : des propos qui font bondir
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement