Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 27 octobre |
Bienheureuse Emeline
Aleteia logo
home iconArt & Voyages
line break icon

Qu’est-ce qu’un conjurador ?

Wikimedia

Le conjurador de Serralongue.

Sabine de Rozières - Publié le 01/12/17

Ce style d’édifice religieux est typique des Pyrénées catalanes, d’un côté comme de l’autre de la frontière. Rencontre avec René Magna, créateur du musée de Serralongue, un petit village des Pyrénées-Orientales qui détient un de ces vestiges architecturaux.

Guerres, pandémies, invasions, sécheresse, grêles. Comme son nom l’indique, le conjurador servait à conjurer le sort et tout ce qui pouvait porter atteinte aux peuples qui vivaient dans ces contrées éloignées. « On priait Dieu de différentes façons », nous explique René Magna et « ces édicules sont caractéristiques de notre région mais côté espagnol, ils appellent cela des pregadores (lieu où l’on prie), pourtant ce sont les mêmes monuments ».

Faire face au danger

Dans le conjurador nous retrouvons quatre statues des évangélistes orientées vers les points cardinaux. Saint Luc est au sud, saint Matthieu au nord tandis que saint Jean est au levant et saint Marc au couchant. L’usage était d’implorer le saint qui faisait face au danger contre lequel on priait pour se prémunir. Néanmoins, la conjuration va s’estomper vers le milieu du XVIIe siècle. À l’origine, cet édicule de trois mètres sur trois avait une toiture en tuiles romanes mais lors de la dernière restauration faite par les comtes en 1792, ils avaient installé des lauzes (pierres plates). Malheureusement à l’heure actuelle et pour des raisons économiques, la Délégation régionale des affaires culturelles (DRAC) de Montpellier a fait poser des ardoises.

Une forme de superstition

Pour René Magna, ces monuments d’inspiration ibérique ont une origine païenne qui seraient peut-être inspirés de la longue invasion maure en Espagne. Sans pour autant avoir de preuves irréfutables, René Magna rappelle « qu’au cours du Moyen Âge et dans les temps qui suivirent, les gens avaient besoin de recourir à toutes sortes d’implorations divines, c’est pourquoi les conjuradors ont commencé à fleurir ». Messes noires et incantations pouvaient aussi y avoir cours, d’ailleurs « même aujourd’hui au XXIe siècle, je vois des visiteurs dans le musée de Serralongue, qui sont par terre, les bras en croix et qui font toutes sortes d’incantations… Autant dire qu’au XIIe siècle, avec le nombre de croyances qui existaient, la superstition n’était pas un vain mot ».

Des vestiges à usage folklorique

La majorité des fidèles qui se rendaient dans ces monuments étaient des pauvres ou des paysans, c’est la raison pour laquelle une toute petite partie d’entre eux nous sont parvenus, faute de restauration. « Ici à Serralongue, notre monument date du Xe siècle et a été réparé à de nombreuses reprises par les comtes de la localité, mais cela reste une exception ». Après de longues recherches et accompagné d’amis passionnés, René Magna décompte « seulement une vingtaine de conjuradors subsistants encore en France ». Celui de Serralongue sert chaque année le lendemain de la Saint-Jean pour la Saint-Éloi (patron des orfèvres et des forgerons). L’évêque ou un prêtre président une cérémonie pour bénir les animaux, notamment l’âne et le mulet, reconnus dans les montagnes pour leurs pas sûrs.

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
WEB2-PERE-BRUNO-RAFFARA.jpg
Marthe Taillée
Bruno Raffara, père, grand-père et prêtre
2
BENEDICT XVI
Marzena Devoud
« L’art de bien mourir » selon Benoît XVI
3
Maria Paola Daud
Pourquoi Michel-Ange n’a-t-il jamais terminé cette Pietà ?
4
I.Media
Le pape François révèle les pays qu’il visitera dans les prochain...
5
SANDRA SABATTINI
Mathilde de Robien
Les magnifiques intuitions de la nouvelle bienheureuse Sandra Sab...
6
JOHN PAUL II
Marzena Devoud
Le jour le plus heureux de la vie de Jean Paul II
7
FELIX AND ELISABETH LESEUR
Theresa Civantos Barber
Ce couple est la preuve qu’un mariage sans enfants peut être fruc...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement