Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 05 décembre |
Saint Gérald
home iconSpiritualité
line break icon

Comment utiliser la nouvelle traduction du Notre Père ?

Pascal Deloche

Roman catholic mass. Saint-Martin. France.

Père François Labadens - Publié le 29/11/17

En ce premier dimanche de l’Avent 2017, les catholiques francophones accueillent dans la liturgie la nouvelle traduction du Notre Père. Alors… qu’est-ce ce que ça change ? Dans quelles occasions utiliser cette nouvelle traduction ? Peut-on encore utiliser l’ancienne ?

« Ne nous laisse pas succomber », « ne nous soumets pas », ou bien « ne nous fais pas entrer »… en tentation ? Le débat entre les deux premières versions fait [gentiment] rage depuis des années, et voici qu’une nouvelle version veut mettre tout le monde d’accord : « Ne nous laisse pas entrer en tentation ». Serait-ce un remake de l’arrivée de l’euro qui a remplacé les francs et les anciens francs, sans les faire complètement disparaître des habitudes ?

Un « problème » bien connu

Le grec ancien dans lequel est écrit le Notre-Père a un regard sur la réalité et sur le monde qui n’est pas celui de notre culture. Or « un langage est un filet jeté sur la réalité des choses, une autre langue un autre filet… et il est bien rare que les mailles coïncident ». La fidélité d’une traduction est donc toujours approximative, surtout lorsque les langues sont culturellement éloignées. L’expression italienne « Traduttore, traditore » a tout son sens dans ce cas : traduire c’est toujours un peu trahir ! Il est donc inévitable que la traduction engendre des frustrations, d’autant plus lorsqu’il s’agit du sujet sensible de la Liturgie…




Lire aussi :
Une nouvelle traduction du « Notre Père » : « Ne nous laisse pas entrer en tentation »

La prière personnelle

Il n’est pas question ici de discuter de la précision de la traduction du grec « kaì mề eisenégkêis hêmâs eis peirasmón, ne nous laisse pas entrer en tentation ». (Mt 6 , 13 ; Lc 11, 4). Pour cela une littérature abondante existe déjà. La question est plutôt de savoir comment utiliser cette nouvelle traduction.

Dans la prière personnelle, ce qui compte est le fait de se sentir à l’aise avec le texte que l’on prie. À condition évidemment que le texte ne soit pas faux et que l’on reste uni à l’Église. Mais les différentes versions ne sont pas fausses, elles sont simplement imprécises comme le seront toujours les traductions. Donc autant choisir pour soi la version qui a le plus de sens. Soit celle qui semble la plus juste, soit celle qui est la plus habituelle, soit celle que propose en ce moment l’Église. Soyons libres !

Un puissant symbole de notre unité

Dans la liturgie de la messe (et par extension toute autre liturgie), les choses sont différentes. La mort et la Résurrection de Jésus nous ont été rendues présentes dans la Consécration. Par son sacrifice, Jésus nous a rachetés et nous a redonné la dignité de fils de Dieu, héritiers de la Vie Éternelle. Par ailleurs, dans la prière eucharistique le prêtre a invoqué le Saint-Esprit pour qu’il fasse de toute l’assemblée un seul peuple (cette prière s’appelle l’épiclèse de communion). Après ces deux événements majeurs, la prière du Notre-Père est comme la première mise en œuvre de cette nouvelle communion des fils de Dieu : nous reconnaissons ensemble Dieu comme notre Père.


girl Praying

Lire aussi :
Le Notre Père aujourd’hui : comment le réciter comme Jésus l’a voulu ?

Ainsi, le fait de réciter ensemble cette prière est un puissant symbole de notre unité. Et c’est là que les choses deviennent compliquées : au moment où nous sommes le plus unis par le sacrifice de Jésus, nous entendons parfois des textes différents. Alors que la prière du Notre-Père devrait être le symbole de notre unité acquise par le sacrifice de Jésus, elle peut devenir le signe de notre divergence à cause d’un point [mineur] de traduction…

Alors comment faire ? Le mieux n’est-il pas d’accueillir humblement ce que la Liturgie de l’Église nous propose ? Comme nous l’avons vu, une traduction ne sera jamais parfaite, de même que la liturgie ne sera parfaite qu’au Ciel. Alors jouons tout simplement la carte de l’unité et de l’humilité en obéissant ensemble à l’Église. Voilà une manière de se reconnaître comme enfants de Dieu, membres du Corps qu’est l’Église, ensemble frères et sœurs unis et sauvés par la Mort et la Résurrection de Jésus.

Résistons à la tentation et vivons la communion

L’envie est parfois grande de vouloir se distinguer des autres, surtout sur des points qui tiennent très à cœur. Alors… résistons à la tentation ! Et acceptons humblement d’obéir à ce qui nous est proposé, en offrant ce sacrifice pour la communion de l’Église.

L’utilisation de cette nouvelle traduction du Notre Père va nous demander un peu d’effort et de temps, c’est normal. Nous allons devoir être attentifs à ce que nous allons prononcer. Mais finalement, quelle grâce de pouvoir nous approprier de manière nouvelle la prière que Jésus nous apprise, et de choisir à nouveau librement d’appartenir à la famille de l’Église !


RAPHAEL ENTHOVEN

Lire aussi :
Raphaël Enthoven présente ses excuses après sa chronique sur le Notre Père

Tags:
notre pere
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
saint sulpice messe
Agnès Pinard Legry
Une nouvelle jauge "contraignante" mais "appl...
WEB2-GENERAL-PIERRE DE VILLIERS-AFP-000_Z52AV.jpg
Agnès Pinard Legry
Général de Villiers : "Il faut être absorbeur...
Mathilde de Robien
C’est aujourd’hui que débute la neuvaine nati...
La rédaction d'Aleteia
Benoît XVI : "Le Seigneur m’a retiré la parol...
EMMANUEL MACRON
Henri Quantin
Les catholiques sont des "citoyens exemplaire...
groupe de louange
La rédaction d'Aleteia
Humour : et vous, "parlez-vous le catholique"...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement