Aleteia

Une prière toute simple à faire avec ses doigts

Jeremy Perkins - Unsplash
Partager
Commenter

Voici une méthode infaillible que le pape François suggère aux catholiques depuis plus de vingt ans.

Quand il était archevêque de Buenos Aires, François aimait bien écrire des intentions ou des prières. Maintenant qu’il est pape, rien n’a changé mais ce qu’il aime par dessus tout, c’est suggérer des méthodes toutes simples pour les composer nous-mêmes. Il y en a une en particulier devenue très populaire, qu’il a révélée dès les premiers jours de son pontificat. Elle continue de circuler sur le web : la méthode des cinq doigts. On peut s’en servir à tout moment — à la messe, ou chez soi, au travail, pour remercier ou demander une grâce… —  en s’abandonnant au Seigneur avec confiance. La méthode est à l’image du style de François dont la règle d’or pour bien prier est : simplicité, humilité, compréhension, attention.

Le pouce

C’est le doigt le plus proche de nous : donc, commencer par prier pour ceux qui nous sont les plus proches. Le sort de ces personnes est le plus susceptible de nous venir à l’esprit et de nous préocuper. Prier pour les gens qui nous sont chers est un « doux devoir », souligne le Pape.

L’index

C’est le doigt qui indique : prier pour ceux qui enseignent, ceux qui s’occupent de l’éducation et des soins médicaux, pour les enseignants, les professeurs, les médecins et les prêtres [les catéchistes]. Ils ont besoin de soutien et de sagesse afin qu’ils puissent montrer le droit chemin aux autres. « Ne pas les oublier ! », recommande le Saint-Père.

Le majeur

C’est le doigt le plus long : il nous rappelle nos gouvernants. Prier pour le président, pour les députés, pour les entrepreneurs et pour les administrateurs. Ce sont eux qui dirigent le destin de notre pays et sont chargés de guider l’opinion publique. Ils ont besoin de l’aide de Dieu.

L’annulaire

Bien que cela puisse surprendre la plupart des gens, c’est notre doigt le plus faible, et « tout professeur de piano peut le confirmer », souligne le Pape. Nous rappeler donc de prier pour les faibles, pour ceux qui ont beaucoup de problèmes à résoudre ou sont éprouvés par la maladie. Ils ont besoin de nos prières jour et nuit. Il n’y aura jamais trop de prières pour ces personnes. Nous sommes invités aussi à prier pour les mariages (car c’est l’endroit où les époux portent leur alliance).

L’auriculaire

Et enfin, il y a notre petit doigt, le plus petit de tous les doigts, aussi petit que nous devons nous tenir devant Dieu et devant les autres. Comme dit la Bible, « les derniers seront les premiers ». Le petit doigt est là pour rappeler que l’on doit prier pour nous-mêmes. Ce n’est que lorsque l’on aura prié pour les quatre autres groupes que l’on pourra mieux identifier nos besoins et donc prier pour nous-mêmes.

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]