Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le tombeau du Christ prêt à s’effondrer

israel christian orthodox jesus tomb
© THOMAS COEX / AFP
Partager

Les récentes restaurations du tombeau du Christ, dans l'église du Saint-Sépulcre à Jérusalem, ont révélé la faiblesse de ses fondations. Des experts s'alarment.

Considéré comme l’un des sites sacrés les plus importants du monde, le tombeau du Christ — situé au centre de l’église du Saint-Sépulcre de Jérusalem — menace de s’effondrer. Pendant un an, ce monument a fait l’objet d’une importante restauration. Désormais flambant neuf, il cache pourtant, sous ses pieds, des fragilités très inquiétantes. Le magazine National Geographic rapporte que les scientifiques de l’université technique nationale d’Athènes — qui se sont chargés de la restauration de l’édifice — ont mis au jour des fondations instables qui seraient « composées des vestiges fragmentés d’anciennes constructions et d’une structure alvéolaire formée de nombreux tunnels et canaux ». Des découvertes qui pourraient s’avérer catastrophiques pour le monument.

L’édicule qui renferme le tombeau du Christ, vénérée depuis le IVe siècle, est un éminent lieu de pèlerinage, qui accueille chaque année des millions de visiteurs. Les vestiges de cette petite grotte sont d’une importance capitale pour les chrétiens et pour les autorités locales qui redoutent son effondrement. « Si la structure vient à s’effondrer, ce ne sera pas progressif mais catastrophique », alerte Antonia Moropoulou, directrice scientifique de l’université.

Une histoire mouvementée

Le site a connu de nombreuses vicissitudes au cours des siècles ce qui explique l’histoire mouvementée de son sous-sol. Carrière de pierres et cimetière juif durant les premiers siècles, le site accueille par la suite un temple romain au IIe siècle avant que l’empereur Constantin entreprenne, vers 324 ap. J.-C.,  la construction d’un édifice destiné à protéger la grotte où aurait été enterré le Christ. Suite à plusieurs destructions dû aux envahisseurs — notamment les Perses — le monument connaît de nombreuses évolutions dont deux restaurations importantes aux XVIe siècle puis au XIXe siècle.

Grâce à des outils technologiques de pointe, les scientifiques ont pu confirmer que l’édifice était construit sur des décombres d’édifices antérieurs ce qui fragilise les fondations. À cela s’ajoute des réseaux de tunnels et des cavités creusées de manière inexpliquée. Quant au mortier utilisé pour les fondations, il a été exposé pendant trop longtemps à l’humidité en raison des canaux d’évacuation qui passent tout près de l’édicule.

Un nouveau chantier de restauration prévu

Afin de lutter contre les risques d’effondrement, l’université d’Athènes a proposé un projet à six millions d’euros, précise le National Geographic. Les dalles fracturées seront extraites, les gravats et mortier endommagé seront jointoyés et l’excavation d’une zone de près de 100 mètres carrés sera réalisée afin d’installer de nouveaux canaux d’évacuation.

Ce chantier s’étalerait sur dix mois environ. Une opération qui se veut la plus brève possible afin que le site ne soit pas fermé trop longtemps aux millions de visiteurs qui souhaitent se recueillir sur le tombeau du Christ.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]