Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Que faire quand l’anxiété, le stress ou la tristesse vous poussent vers le frigo ?

WOMAN,REFRIGERATOR
Shutterstock
Partager

Il existe des astuces pour faire face à l'alimentation compulsive. En voici 6 pour éviter de grignoter à cause de vos émotions...

On mange souvent sans en avoir vraiment besoin… Parce que l’on s’ennuie, qu’on est triste, heureux, fâché ou anxieux. L’alimentation émotionnelle est un moyen de composer avec les humeurs, mais il faut apprendre à canaliser nos émotions afin de pouvoir reprendre de saines habitudes alimentaires.

La faim émotionnelle est un faux appétit qui apparaît à n’importe quel moment de la journée, même si l’on a déjà mangé et que les aliments qui nous font envie sont principalement riches en calories. Contrairement à la vraie faim physiologique, qui apparaît progressivement au fur et à mesure que les repas approchent, elle peut surgir soudainement et n’est pas sélective.

Une étude publiée dans la revue Nutrition Update par la nutritionniste argentine Monica Katz et sa collègue Vanesa Anger révèle que la faim émotionnelle est plus fréquente chez les femmes que chez les hommes, et montre que les femmes sont plus susceptibles que les hommes de manger à cause de l’anxiété. Elles préfèrent également les bonbons, tandis que les hommes préfèrent les aliments salés.

Les facteurs qui contribuent à l’alimentation compulsive

Lorsque l’on est confronté à des situations qui causent du stress, de l’anxiété ou lorsque l’on a un problème, la nourriture peut être un exutoire temporaire.

Cela peut arriver quand l’on a affaire à une émotion négative, quand on n’a pas assez de temps pour certains hobbies, à cause de problèmes au travail ou avec nos amis, ou simplement parce que notre régime alimentaire quotidien nous ennuie (un manque de créativité dans la préparation des plats par exemple). Ce sont des situations dans la vie quotidienne qui conduisent à manger pour trouver un réconfort immédiat.

De plus, il existe aujourd’hui une gamme infinie d’aliments qui encouragent les collations excessives. Ce sont des aliments riches en calories, avec beaucoup de graisses saturées et de sucres simples qui nous procurent un regain de plaisir et de bien-être causé par la libération d’endorphines et de dopamine dans notre cerveau. Malheureusement, ce bonheur est fugace, et quand il se termine, on se sent comme avant, voire pire…

Les conséquences sur la santé

L’impact sur la santé de l’alimentation compulsive peut varier en fonction du type d’aliments, de la quantité et du nombre de fois que l’on mange. Le pire des cas, quand on perd complètement le contrôle, est la boulimie nerveuse ; mais elle ne commence généralement pas de cette façon.

La première conséquence est la prise de poids, qui peut se transformer en obésité et déclencher d’autres changements métaboliques et hormonaux tels que le diabète, l’hypercholestérolémie, l’hypertension, des problèmes de fertilité et l’excès d’acides gras, pour n’en citer que quelques-uns.

6 astuces pour faire face à la faim émotionnelle

  1. Donnez-vous du temps pour réfléchir à ce qui se passe. Cherchez la source du problème et demandez-vous pourquoi vous pensez avoir besoin de cet aliment en particulier pour vous sentir mieux. Posez-vous la question suivante : ai-je vraiment faim ou suis-je simplement confronté à l’anxiété ou à l’ennui ?
  2. Suivez un régime réfléchi, varié et équilibré sans interdictions inutiles, et en mangeant chaque aliment à la juste mesure, en vous autorisant à profiter de vos aliments préférés de temps en temps.
  3. Prenez le temps de remercier Dieu avec une courte bénédiction avant vos repas.
  4. Amusez-vous à chercher de nouvelles recettes, à les préparer et à les partager en famille pour ne pas vous lasser des mêmes plats.
  5. Mâchez bien votre nourriture et prenez votre temps, vous sentirez ainsi la satiété et vous ne mangerez pas trop.
  6. Lorsque vous sentez que vous ne pouvez pas vous contrôler et que vous mourez d’envie d’ouvrir un paquet de chips géant, priez, faites une promenade, faites de l’exercice, écoutez de la musique, appelez un ami pour discuter, ou cherchez quelque chose pour vous distraire un moment.

Il est très important d’identifier ce problème dès les premiers signes, car nos habitudes alimentaires sont définies dès le plus jeune âge. Et si le problème persiste et que vous pensez que vous ne pouvez pas le surmonter seule, demandez l’aide d’un professionnel pour obtenir le soutien dont vous avez besoin.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]