Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Comment devenir un maître de l’écoute intentionnelle ?

Shutterstock / ESB Professional
Partager

L'écoute intentionnelle permet de reconnaître ce qui se cache derrière les mots, afin d'éviter les disputes et les malentendus.

On a tendance à éprouver des difficultés lorsque l’on interagit avec d’autres personnes, non seulement parce que l’on ne sait pas comment s’exprimer ouvertement, mais aussi parce que l’on ne parvient pas toujours à comprendre ce qu’elles essaient de nous dire…

Penser d’abord à l’autre

Dans l’un des fragments de ses écrits, le philosophe grec Héraclite dit en parlant des Hommes : « Ne sachant pas écouter, ils ne savent pas non plus parler. » Quand on écoute les autres, on pense presque toujours à autre chose, et quand on souhaite leur parler, on aborde souvent des thèmes à propos desquels on a des idées préconçues, comme le disait le philosophe allemand Heidegger. De même, lorsqu’on les écoute, on se demande en quoi les sujets dont ils parlent ont un lien avec nous et nos propres intérêts. Sans le vouloir, on ne les écoute plus vraiment ; on se centre plutôt sur soi-même.

C’est parfois tellement le cas que lorsque notre interlocuteur veut s’ouvrir à nous, on se retrouve en quelques secondes à penser à une situation similaire qui nous touche personnellement, et on peut même en arriver à l’interrompre pour lui raconter notre expérience. Cette tendance à tout rapporter à soi est très courante, et il est difficile de trouver quelqu’un qui puisse écouter sans être personnellement intéressé ou qui ne cherche pas à parler de lui-même.

Cette habitude de n’être attentif à notre interlocuteur que dans la mesure où ce qu’il a à dire est en rapport avec nous-mêmes est un grand obstacle à la compréhension de l’autre.

Ce n’est qu’en aimant réellement les autres qu’on les écoute attentivement et de manière désintéressée. Et ce, que l’on ait ou non quelque chose à dire sur ce qu’ils partagent, et que cela ait ou non quelque chose à voir avec nous. Il n’est pas rare que des personnes qui ne se sentent pas entendues finissent par dire à leur interlocuteur : « Ce n’est pas à propos de vous ! Je veux juste partager mon expérience. »

Aller au-delà des idées

Pour comprendre les autres, il ne suffit pas de comprendre les mots qu’ils disent et de saisir leurs idées, on doit également comprendre ce qu’ils ressentent et ce qu’ils essaient d’expliquer, même s’ils ne s’expriment peut-être pas de la meilleure façon qui soit. Pour écouter complètement quelqu’un, cela sous-entend de le découvrir à tous les niveaux de communication, pas seulement à travers ses mots.

Le cardinal Carlo Maria Martini (ancien archevêque de Milan, en Italie) avait l’habitude de dire que l’on devrait toujours initier la communication en exprimant ses sentiments. Ainsi, on devrait être attentif à la passion avec laquelle une personne parle de certaines choses, et se concentrer sur les choses qu’elle répète et qui l’animent le plus.

Comment mieux interpréter les mots des autres ?

Souvent, il y a une grande différence entre ce que l’on comprend, ce que les autres ont réellement dit et ce qu’ils voulaient vraiment exprimer à l’intérieur. Être conscient de cette disparité nous aide à éviter de nombreux malentendus.

Il n’est pas rare que l’on soit plus attentif à ce que certains mots signifient pour nous et à ce que l’on croit déjà savoir ce que l’autre veut dire. Tout cela, au lieu d’écouter ce que la personne essaie réellement d’exprimer. Si quand notre interlocuteur nous dit quelque chose, on croit déjà savoir ce qu’il veut dire, pensant souvent d’ailleurs qu’il a tort, et on ne saura jamais ce qu’il voulait vraiment dire…

Parfois, quand il finit de parler, cela aide beaucoup de lui demander de confirmer ce que l’on a compris : « Donc tu veux dire que… ? »  En reformulant ce que l’autre a dit avec nos propres mots, on peut s’assurer d’avoir vraiment compris.

L’empathie

Se mettre à la place de l’autre est plus important que d’essayer de le comprendre intellectuellement : on doit se vider de soi-même pour pouvoir recevoir ses paroles. Dans la vie spirituelle, on grandit dans la mesure où l’on apprend à écouter ; écouter ne signifie pas seulement être devant quelqu’un d’autre et recevoir ce qu’il a à nous dire, mais plutôt faire de notre intérieur une demeure pour lui.

Les gens s’expriment de façons très différentes, ce qui demande de notre part de les accepter et de les comprendre tels qu’ils sont. Par exemple, certains s’expriment en utilisant beaucoup d’exagérations parce qu’ils ressentent le besoin d’éveiller l’intérêt de ceux qui les écoutent, et non pas parce qu’ils veulent mentir. Ils essaient de nous faire ressentir ce qu’ils ressentent avec la même intensité.

Cultiver le silence

Le silence est le langage de l’amour, de la profondeur, et il permet d’être vraiment présent pour l’autre. Le silence est souvent plus éloquent que les mots. C’est une façon d’être présent pour les autres et de les recevoir avec ouverture d’esprit et sensibilité.

Enzio Bianchi, auteur catholique italien et fondateur d’une communauté monastique, écrit que « le silence profond engendre la charité, l’attention aux autres, l’accueil des autres et l’empathie à l’égard des autres. Le silence creuse un espace profond à l’intérieur de nous afin que nous puissions amener les autres à y vivre. »

Conseils pratiques pour mieux écouter

Pour bien comprendre ce que l’on nous dit, il est nécessaire d’être soi-même en paix, sinon, nos interlocuteurs remarqueront notre anxiété. Et il est plus important que jamais de porter une attention particulière aux autres, de laisser notre smartphone de côté et de ne pas faire autre chose quand on les écoute. On devrait les regarder dans les yeux, sans les interrompre inutilement.

Finalement, l’écoute est une forme d’amour…

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]