Les 4 articles les plus partagés

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Comment est née la tradition de la crèche de Noël ?

Christmas Crib
© Shutterstock
Partager

« Un enfant nous est né, le Christ nous est donné !» Afin de célébrer dignement ce miracle, les catholiques mettent en scène l’histoire de la nativité de Jésus en faisant des crèches.

Dans l’Évangile selon Saint Luc, (Luc 2/6-7), Marie a déposé l’enfant Jésus dans la mangeoire d’une étable où Joseph et elle avaient trouvé refuge parce qu’il n’y avait pas de place pour eux dans la pièce réservée aux hôtes. En latin, mangeoire se dit « scripia » à l’origine du mot crèche français, krippe en allemand ou crib en anglais. Par extension, le mot crèche désigne le site tout entier et est devenu symbole de la Nativité.

La crèche de Noël rend hommage à la maternité, à l’enfance et à la vie. D’ailleurs le mot français est même utilisé en tant que structure administrative qui accueille les petits-enfants pendant que leurs parents travaillent ! Du récit de la Nativité dans l’Évangile de Luc aux crèches contemporaines, la tradition de la crèche de Noël a bien évolué… On situe la première célébration de la nuit de Noël dans l’église Sainte-Marie de Rome avec des statues de la Vierge Marie, de Joseph, de l’âne et du bœuf au VIe siècle.

La crèche vivante de Saint François d’Assise

C’est surtout à Saint François d’Assise que l’on doit la première crèche en 1223. François d’Assise, qui rêvait d’être troubadour avant de parcourir les routes pour annoncer la Bonne Nouvelle, a l’idée de célébrer Noël en rassemblant toute une crèche vivante devant l’ermitage des frères mineurs de Greccio, avant la messe de minuit. Thomas de Celano, le premier biographe de François, rapporte qu’il prêcha, durant la messe de Noël, et qu’on le vit se pencher vers la crèche et prendre un enfant dans ses bras. Joseph, la Vierge Marie, les mages, les bergers, et les paysans étaient joués par les gens du village. Les animaux aussi étaient réels.

Les crèches d’églises

Aux représentations théâtrales succédèrent les représentations sculptées de la Nativité. On parle de personnages en bois présentés au monastère franciscain de Füssen en Bavière en 1252 et la plus ancienne crèche encore visible est celle sculptée en pierre à la demande du pape Nicolas IV en 1288, conservée au musée de la basilique Sainte-Marie-Majeure de Rome. Mais c’est surtout lors de la Contre Réforme que les Jésuites utilisèrent la tradition de la crèche comme « outil pédagogique » et diffusèrent un modèle réduit de crèche avec des personnages  indépendants  vêtus de tissus précieux, qu’on installait dans les églises à la période de Noël. La première dont on ait gardé une trace date de 1562 dans une église de Prague.

Les crèches domestiques

Très vite, les familles nobles italiennes s’emparèrent de cette représentation de la Nativité. La duchesse d’Amalfi semble avoir installé la première crèche à domicile en 1567, dans la région de Naples. En France, comme toute pratique religieuse était interdite durant la Révolution Française, les familles célébraient Noël en installant une crèche dans leur maison. Aujourd’hui, dans les pays et régions d’Europe à majorité catholique, comme la France, l’Italie, l’Espagne, le Portugal ou encore la Pologne, faire une crèche chez soi est le premier geste des familles pour entrer dans la période de Noël.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Pour que la lumière continue à briller dans l'obscurité

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à fournir des articles qui enrichissent, inspirent et informent votre vie catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.