Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Crèche de Noël : l’histoire des santons de Provence

Santon-Fouque
COLIN Matthieu / hemis.fr / Hemis / AFP
Partager

Impossible en Provence de fêter Noël sans mettre en scène les fameux santons : chacun des personnages de la crèche s'invite dans le décor pour aller saluer l’enfant Jésus. Cette tradition, née de la fermeture des églises durant la Révolution, est un superbe conte de Noël.

En fermant les églises françaises en 1793 pour imposer les idées de la Révolution, on privait les gens d’aller admirer les crèches de Noël… C’est à ce moment-là qu’en Provence, on s’est mis à fabriquer des personnages pour faire des crèches clandestines chez soi. C’était de tous petits personnages fabriqués en mie de pain ou en carton pâte, qui pouvaient se cacher facilement. Ces petits personnages étaient de petits saints : Joseph, Marie et l’enfant Jésus, d’où l’appellation santons.

Santonnier, un métier !

Un Marseillais, Jean-Louis Lagnel eut l’idée de les faire en argile… et devint santonnier. Il existe de nos jours une forte concentration d’ateliers de santons entre Marseille, Aubagne, Aix-en-Provence, Arles. Les Bouches-du-Rhône en comptent soixante-deux, et dans le Vaucluse , ils sont vingt-six. Les santonniers les plus célèbres sont les maisons Fouque à Aix en Provence, Carbonnel à Marseille, et Escoffier à Aubagne.

Santon Fouque
MOIRENC Camille / hemis.fr / Hemis / AFP

Des personnages provençaux aux côtés de la Sainte famille

En 1803, peu après le Concordat, la première foire aux santons fut inaugurée à Marseille. Elle s’y tient toujours, place Charles de Gaulle, du 18 novembre au 31 décembre cette année, et elle n’est pas la seule ! Car Noël en Provence, c’est tout un ensemble de traditions, comme les crèches vivantes et les « pastorales », ces représentations théâtrales de la Nativité en langue provençale racontant le pèlerinage des provençaux vers Bethléem. Les pastorales ont d’ailleurs inspiré une foule de nouveaux personnages venant saluer la Sainte famille, dans la crèche. C’est ainsi qu’on a vu arriver dans les crèches provençales tous les métiers du village, traditionnellement vêtus d’après la mode populaire sous Louis-Philippe.

La créativité des crèches provençales

Dans la crèche provençale, on trouve plusieurs groupes de santons : les santons du premier cercle, placés dans l’étable autour de l’enfant Jésus, ceux qui apportent des cadeaux ; les bergers et les mages, ceux qui figurent les différents métiers de Provence ; viennent ensuite les animaux et les accessoires nécessaires pour figurer un village provençal typique.

Les crèches peuvent ainsi se multiplier selon la créativité des santonniers. Toutefois, on est à peu près sûr d’y retrouver le ravi, le tambourinaire, Pistachié le valet de ferme, le maire et le curé, les anciens, l’aveugle et son fils, les bohémiens…

Mais chaque année, les santonniers mettent un point d’honneur à créer de nouveaux santons… Certains deviendront des classiques comme le fameux « coup de mistral » né en 1952 sous les doigts de Paul Fouque, représentant un berger avançant avec difficulté dans le vent, devenu l’emblème de la célèbre maison.

Santon Fouque
COLIN Matthieu / hemis.fr / Hemis / AFP

 

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]