Aleteia

Quatre conseils pour mieux prier à la messe

© Marie ACCOMIATO/CIRIC
Femme en train de prière
Partager
Commenter

Au cours de ses deux premières catéchèses sur l’Eucharistie, le pape François nous a rappelé quatre attitudes fondamentales à respecter pendant la messe.

En ce mois de novembre, le pape François a entamé un nouveau cycle de catéchèses sur l’Eucharistie, rappelant à deux reprises que la messe est la « prière par excellence », c’est-à-dire à la fois la plus haute et la plus concrète des prières. À ce titre, il estime qu’on ne va pas à la messe comme si on allait voir un spectacle ou visiter un musée.

Il faut, a-t-il souligné, que la Parole de Dieu puisse résonner dans les cœurs, et le croyant entrer ainsi dans une relation parfaite d’amour avec Lui. Et pour préserver cette « intériorité », le Saint-Père a décliné les quatre bonnes dispositions à avoir dès l’entrée : le silence, la confiance, l’émerveillement, et une capacité à dire « Père » à Dieu.

La prière en 4 étapes from Aleteia on Vimeo.

1. Le silence

Attitude essentielle du fidèle pour se préparer à accueillir la Parole de Dieu et la laisser agir dans les cœurs. La Parole jaillit du « silence mystérieux » de Dieu. Parole et silence agissent ensemble, nourrissent la participation active du fidèle.

2. Appeler Dieu, « Père »

Pour faciliter notre relation de confiance avec Dieu, François nous recommande de l’appeler « Père » comme Jésus y encourageait ses disciples. Le Pape insiste sur cette nécessité : « Faisons attention à cela : si on n’est pas capable d’appeler Dieu “Père”, on n’est pas capable de prier. Nous devons apprendre à dire “Père”, c’est-à-dire à se mettre en sa présence avec une confiance filiale. Mais pour pouvoir apprendre, il faut reconnaître avec humilité que nous avons besoin d’être instruits, et dire avec simplicité : Seigneur, apprends-moi à prier ».

3. La confiance

La prière, qui est « échange », doit être dite de manière humble et confiante, comme un petit enfant a confiance en son père et sa mère. « Dieu se souvient de toi, prend soin de toi, de toi, de moi, de tous », a rappelé le Pape. On se remet donc à Dieu avec confiance, sans se préoccuper de l’avenir, pour ressortir de la messe plus fort et plus courageux face aux adversités de la vie.

4. L’émerveillement

Un enfant « s’émerveille devant la moindre petite chose parce que tout est nouveau pour lui » nous dit le pape François. De la même façon, dans la prière, un fidèle entre en relation avec le « Dieu des surprises ». Prier, ce n’est pas parler avec Dieu comme le font les « perroquets », mais s’émerveiller « d’un Dieu vivant, qui habite en nous, qui bouge notre cœur, qui est dans l’Église et qui marche avec nous ; et sur ce chemin, il nous surprend toujours », expliquait le Saint-Père dans une de ses méditations matinales il y a quelques mois.

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]