Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

Oui, l’Église est riche

By RossHelen | Shutterstock
Partager
Commenter

L'Église est riche. Mais pas comme on peut l'entendre à priori. En effet, la Journée mondiale des pauvres est là pour nous rappeler que "les vrais trésors de l’Église ne sont pas ses cathédrales, mais les pauvres".

Les trésors de l’Église « ne sont pas ses cathédrales mais les pauvres », a déclaré haut et fort le pape François à la messe de clôture du jubilé pour les pauvres et les exclus, célébrée à la basilique Saint-Pierre en novembre 2016. À cette occasion, il leur demandait pardon au nom de tous les chrétiens qui détournent la tête à leur vue. Sept mois plus tard, publiait son message pour inaugurer la première Journée mondiale des pauvres, fixée ce 19 novembre. L’occasion de revenir sur cette provocation qui renvoie à l’antique tradition liée au saint diacre Laurent qui, avant de subir le martyre, a distribué tous les biens de l’Église aux pauvres.

 

Saint Laurent, fêté le 10 août, serait né entre 210-220 dans la ville d’Huesca en Espagne, d’une famille de chrétiens convaincus. Il est envoyé tout jeune à Saragosse pour y suivre des études en théologie, et là rencontre le futur pape Sixte II qui le consacre diacre dès son élection au siège de Pierre, en 257. Cette fonction fait de lui un trésorier chargé de distribuer les revenus aux pauvres. Mais voilà que les chrétiens sont interdits de culte et que la persécution reprend contre eux. Sixte II est alors condamné à mort ainsi que quatre diacres mais Laurent, lui, est épargné au seul motif de lui faire remettre les trésors de l’Église à l’État.

Les veuves consacrées à Dieu sont des pierres précieuses

Seulement, Sixte avant de mourir, qui avait prévu la cupidité de ses adversaires, avait bien recommandé à Laurent de distribuer aux pauvres toutes les richesses dont il était dépositaire. L’argent est aussitôt donné aux démunis et les objets sacrés vendus et l’argent récolté reversé à ces derniers. Puis Laurent se rend chez le préfet avec un groupe d’indigents et les lui présente en disant : « Voici les seuls trésors de l’Église et s’y ajoutent les perles et les pierres précieuses qui sont les vierges et les veuves consacrées à Dieu ». Furieux le préfet lui promet une terrible agonie. Il meurt après avoir été dénudé puis déchiré à coups de fouet, avant d’être étendu sur un gril où les charbons placés en-dessous devaient peu à peu consumer ses chairs.

Laurent subit son martyre sans jamais se plaindre, priant Dieu jusqu’à son dernier soupir. De nombreuses églises sont aujourd’hui consacrées au saint diacre Laurent, en Italie et en France. Ce 18 novembre au soir, le pape François présidera d’ailleurs en la basilique Saint-Laurent-Hors-Les-murs, à Rome, une veillée de prière pour tous les bénévoles qui, chaque jour, apportent joie et réconfort à tant de pauvres.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]