Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Les sept dormants d’Éphèse, une légende commune aux chrétiens et aux musulmans ?

SEVEN SLEEPERS EPHESUS
Solange PARADIS - CIRIC
Crypte de la chapelle des sept saints, pélerinage islamo-chrétien des 7 saints dormants d'Éphèse, Vieux Marché, hameau des Sept Saints, France.
Partager

Rapporté par Grégoire de Tours et cité dans la Légende dorée de Jacques de Voragine, l’incroyable récit des sept dormants d’Éphèse a également été repris par la tradition islamique. Un mystère qui n’a jamais été totalement éclairci.

Tout commence par une persécution. Nous sommes alors au mitan du IIIe siècle, sous le bref règne de l’empereur Trajan Dèce. Sept chrétiens, faisant partie de l’élite de la société d’Éphèse — dans l’actuelle Turquie — sont condamnés à la prison puis emmurés dans la caverne où ils avaient fui après avoir refusé d’adorer les idoles. La légende raconte alors que Maximilien, Malchus, Marcien, Denis, Jean, Sérapion et Constantin se réveillèrent près de deux cents ans plus tard, communièrent puis moururent peu de temps après.

Désormais connus sous le nom des Sept-Martyrs ou sept dormants d’Éphèse, il firent l’objet d’une profonde vénération dès le VIe siècle en Syrie, puis au fil des siècles dans tout le monde méditerranéen. Dans la péninsule arabique, ce récit vint irriguer la tradition islamique à travers une sourate consacrée aux « Gens de la caverne ». Dans l’Occident chrétien, le récit latin de Grégoire de Tours au VIe siècle puis la large diffusion de la Légende dorée de Jacques de Voragine au XIIIe siècle contribuèrent à populariser ce mythe durant toute l’ère médiévale.

Un symbole du dialogue islamo-chrétien ?

Dans le village du Vieux-Marché, dans les Côtes-d’Armor, où étaient vénérés depuis très longtemps les « Sept saints », à qui était même consacré un pardon, l’anthropologue Louis Massignon (1883-1962) a cru déceler une des nombreuses expressions de la légende.

Difficile de valider cette hypothèse, opposée à ceux qui affirment que ces sept étaient plus probablement les saints fondateurs de la Bretagne. Manoël Pénicaud a consacré récemment une thèse à ce sujet, publiée sous le titre Le réveil des Sept Dormants.

Ce partage inédit d’un récit religieux par deux religions s’opposant en de nombreux points de la planète n’a pas échappé à plusieurs intellectuels. Ainsi, l’écrivain algérien Rachid Koraïchi a vu dans cette légende un pont pour le dialogue islamo-chrétien, en rendant hommage au martyr des moines de Tibhirine dans un bel ouvrage intitulé Les Sept Dormants.

Au Vieux-Marché, chaque été, le pèlerinage perdure année après année, rassemblant une centaine de pèlerins, qui dans notre époque troublée, puisent dans la profondeur des mythes un supplément d’âme pour le présent.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Pour que la lumière continue à briller dans l'obscurité

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à fournir des articles qui enrichissent, inspirent et informent votre vie catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.