Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Accompagner son conjoint quand il perd son emploi

UNEMPLOYED
Nong Mars - Shutterstock
Partager

Même si l’incertitude vous envahit, choisissez de changer d’attitude face au chômage de votre époux et appréhendez la situation comme une opportunité pour votre couple et votre famille de grandir.

« Je fais la promesse solennelle de t’aimer, de te chérir et de t’être fidèle dans la richesse comme dans la pauvreté, dans la santé comme dans la maladie, dans la joie comme dans la peine, jusqu’à ce que la mort nous sépare. » Ce sont des promesses d’amour que les époux se font le jour de leur mariage et qui ne prendront tout leur sens que le jour où ils traverseront pour la première fois une période difficile.

Quand l’un des conjoints se retrouve sans emploi à cause des aléas de la vie, c’est à ce moment-là que les mots « pour le meilleur ou pour le pire » doivent prendre vie. Est-ce difficile ? Évidemment ! Mais loin d’être impossible.

La famille, ce soutien inconditionnel

Il suffit de faire le choix d’aimer, même si dans ces moments compliqués, nous sommes pleins de désillusion et d’incertitude. Il faut beaucoup de volonté, changer d’attitude, et avoir confiance. Il ne s’agit que d’un changement, d’un processus qu’il convient d’accueillir avec espoir, positivisme, et pour les croyants, avec notre foi en Dieu.

Mais que se passe-t-il lorsque la sécurité financière est affectée par la perte de l’emploi de l’autre et que les revenus du ménage sont menacés ? Pour commencer, nous devons faire preuve d’humanité et montrer une empathie totale pour celui ou celle avec qui nous partageons notre vie. Si nous éprouvons des difficultés, alors nous n’avons aucune idée de ce que notre conjoint traverse. Il y a deux choses qui sont leur talon d’Achille, surtout pour les hommes : le premier, en arriver au divorce et perdre leur maison, et le second, l’échec professionnel (financier).

Si en plus de cette douloureuse expérience, votre conjoint reçoit des reproches et des réclamations à la maison, il aura l’impression d’être en échec total. La situation s’aggravera et ce qui était auparavant une simple crise financière et professionnelle deviendra une crise personnelle beaucoup plus profonde.

La perte d’un emploi ou une crise financière, loin d’être des tragédies, peuvent être exploitées pour en tirer des enseignements. En effet, nous pouvons voir par exemple si notre amour est fondé sur du sable ou sur des bases solides. Les croyants peuvent se rendre compte de qui est au centre de leur mariage : Dieu, Dieu à qui ils ont promis la fidélité même dans les moments les plus sombres.

6 conseils pour aider son conjoint face au chômage

Voici quelques suggestions qui pourraient vous servir, si à un moment donné, votre conjoint venait à perdre son emploi.

Être sa béquille de soutien

Donnez à votre conjoint le soutien dont il a tant besoin. Si vous ressentez de l’incertitude et de l’angoisse, lui se sent effondré à l’intérieur. Dans la mesure du possible, mettez un peu de côté votre souffrance pour vous concentrer sur la sienne. Tout ce dont il a besoin est votre amour inconditionnel et votre soutien.

Adopter une attitude positive

Passez de l’incertitude à la certitude. Faites ce qu’il faut pour ramener la joie dans son cœur et dans votre foyer, aidez votre partenaire à retrouver la paix et le calme, et encouragez-le puisque vous êtes l’une de ses motivations, si ce n’est la plus grande, à aller de l’avant. S’il aime les gâteaux au chocolat, surprenez-le en lui en préparant un ou organisez un dîner romantique. Veillez toutefois à ne pas dépasser votre budget modeste. L’objectif est de lui faire sentir que peu importent les circonstances, il ou elle reste votre priorité dans la vie et vous ferez toujours ce qui est en votre pouvoir pour qu’il soit heureux et ait le sourire.

Lui dire combien vous l’aimez

Dites à votre conjoint que vous l’aimez de manière inconditionnelle, et surtout, rassurez-le en lui disant que vous l’aimez pour qui il est, pas pour ce qu’il vous donne. Dites-lui continuellement des mots d’amour et de motivation qui l’aident à sortir de cet état émotionnel. Dites-lui aussi à quel point vous l’admirez et que, quoi qu’il arrive, vous croirez toujours en lui et en sa capacité à prendre soin de votre famille.

Toujours lui rappeler que c’est le moment qui est mauvais, pas lui

Ne l’offensez jamais, au grand jamais, en disant que c’est un échec, une personne médiocre, ou toute autre remarque de ce genre. Loin de le motiver, cela pourrait l’amener à prendre des décisions moins justes. Au lieu de cela, dites-lui que c’est juste un passage difficile et que vous allez le traverser ensemble, car votre amour est assez fort pour supporter cela et plus encore. Le respect ne doit jamais manquer dans votre relation.

Laisser son conjoint libérer ses émotions

« Les vrais hommes ne pleurent pas… » Quelle erreur ! Mais malheureusement, l’éducation que reçoivent la plupart des hommes les amène à garder leurs émotions, à les réprimer, et cela est extrêmement dangereux car ces émotions sont une bombe à retardement qui peut exploser à tout moment sous forme de maladies ou de crise cardiaque. Aidez-le à reconnaître et à nommer chaque sentiment et chaque émotion qu’il ressent.

Il peut localiser chaque sensation dans son corps et exprimer cette énergie d’une manière appropriée : pleurer, crier quelque part en toute sécurité, frapper un oreiller ou simplement parler, parler et parler plus encore. Si votre mari se donne le droit de ressentir, laissez-le faire. Restez simplement silencieuse à ses côtés, et ne le prenez dans vos bras que lorsqu’il vous le demande. De cette manière, vous n’interrompez pas ses émotions.

Faire des efforts et le soutenir davantage

« Je te donne cette alliance, symbole des vœux que nous avons prononcés ».  C’est ce que vous avez répondu lorsque vous avez reçu votre alliance. Que pouvez-vous apporter d’autre à votre foyer ? Si vous êtes en mesure de le faire, contribuez aux revenus de votre famille. Faites une réunion de famille avec vos enfants et expliquez-leur la situation. Parlez clairement de ce que vous traversez. Dites-leur que, ensemble, vous devrez restructurer les finances, mais le plus important n’est pas l’austérité qu’ils auront à vivre, mais les preuves d’empathie, d’amour et de respect qu’il serait bon qu’ils montrent à leur père ou à leur mère qui a perdu son emploi. Après tout, c’est lui ou elle qui a le plus besoin de soutien.

Vous souvenez-vous à quel point et avec quelle facilité vous aimiez votre conjoint quand vous viviez dans la prospérité ? Maintenant que les choses ont un peu changé, aimez-le tout autant car  votre mari ou votre femme n’a pas changé, ce qui a changé, ce sont les circonstances. Ayez confiance, tout finit par passer, et cette situation aussi…

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Pour que la lumière continue à briller dans l'obscurité

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à fournir des articles qui enrichissent, inspirent et informent votre vie catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.