Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!
Aleteia

Grossesse : 7 conseils efficaces pour soulager les nausées

Upset Pregnant Woman
Shutterstock
Partager

Avaler une cuillère de miel ou mordre dans un citron… Est-ce vraiment efficace ?

Les nausées matinales sont un vrai problème durant la grossesse. Et malheureusement, entre 50 et 90 % des futures mamans en souffrent au réveil… Parfois quand les gens voient une femme enceinte, ils disent : « Tu es enceinte ! Quelle bénédiction ! » Pourtant, il y a des moments où « bénie » n’est pas le premier mot qui vient à l’esprit, surtout si les nausées et les vomissements sont très présents !

Internet regorge de conseils pour combattre ces maux désagréables, et tous ne sont pas efficaces ! Heureusement, pour démêler le vrai du faux, une diététicienne nous propose des méthodes éprouvées et des informations tirées d’articles publiés par des sages-femmes et des diététiciennes.

1. Manger en petites quantités mais plus souvent

Un estomac trop plein, poussé par le bébé, pourrait être source de problèmes. Il est conseillé de diviser les repas en portions plus petites et de manger toutes les deux heures. Il faut se méfier toutefois des collations ; grignoter des chips, des biscuits ou du chocolat peut sembler une bonne idée, mais d’un autre côté, ne pas contrôler ce que l’on mange peut causer une prise de poids trop importante…

2. Éviter une consommation excessive de caféine

La dose acceptable de caféine pour les femmes enceintes est de 200 à 300 mg par jour, ce qui revient à deux ou trois tasses de café relativement léger. Si cela est trop difficile pour la future maman d’abandonner sa boisson préférée, elle peut boire du café décaféiné. Vous savez, il existe de très bons cafés sans caféine.

3. Faire attention aux réactions après avoir pris des médicaments ou des suppléments

Si les nausées augmentent après la prise de médicaments ou de suppléments spécifiques, parlez-en à votre médecin. Parfois, le problème est causé par la taille ou le goût de la pilule. Il existe de nombreuses options sur le marché, il est donc bon de déterminer ce que vous tolérez le mieux.

4. Épicé, acide ou parfumé : adapter son régime alimentaire à ses goûts

Il est important de vous observer. Pendant la grossesse, les perceptions changent et certains aliments entraînent vite un véritable dégoût ! Les saveurs de votre plat préféré ou l’arôme d’un délicieux poisson pourrait ainsi vous faire fuir de la cuisine. Ne vous inquiétez pas, vous profiterez de tous ces plats après. En attendant, mieux vaut éviter ce qui déclenchent les nausées.

5. Moins de gras, plus de protéines, moins de féculents

Cela peut sembler énigmatique, mais ces indications apparaissent dans des études scientifiques montrant qu’un repas riche en graisses et en glucides provoque souvent des nausées. Les protéines, en revanche, ne posent pas problème. Cependant, il ne faut pas abandonner de groupe alimentaire complètement, mais plutôt apprendre à préparer des repas sains qui soulageront les problèmes liés à la grossesse.

6. Se lever lentement

Se lever trop rapidement après une nuit de sommeil peut avoir des conséquences très déplaisantes. Mieux vaut alors faire sonner son réveil 10 minutes plus tôt, s’asseoir, boire un verre d’eau, puis se mettre debout. Et n’oubliez pas de faire des siestes la journée.

7. Du gingembre ? Pourquoi pas

Le gingembre est souvent recommandé comme antiémétique naturel. En principe, on peut en consommer en toute sécurité, mais il peut augmenter le risque de saignements. Il faut l’éviter en cas de prédisposition à la coagulation.

Et les vomissements incontrôlables durant la grossesse ?

Il existe des situations où les vomissements sont si persistants que l’hospitalisation est nécessaire, comme dans le cas de Kate Middleton, duchesse de Cambridge. Les symptômes de l’Hyperemesis gravidarum incluent les nausées et les vomissements excessifs. Elle peut causer jusqu’à une perte de 5 % du poids d’avant grossesse, la déshydratation et des troubles électrolytiques et métaboliques possibles, tels que la cétonurie ou l’alcalose. Il ne faut pas sous-estimer l’inconfort et les symptômes ; parlez-en à votre médecin.