Aleteia

Laetitia Milot enceinte, un espoir pour les femmes atteintes d’endométriose

CITIZENSIDE - Marjorie Barbet - Citizenside
Laetitia Milot au festival de Monte Carlo en 2016
Partager
Commenter

Laetitia Milot et son époux attendent un bébé ! Voici la bonne nouvelle annoncée via les réseaux sociaux ce mardi 14 novembre par le couple. Un exemple d'espérance étant donné que cette grossesse survient suite à une intervention chirurgicale pour traiter l’endométriose dont souffre la jeune femme. Retour sur la bonne nouvelle, mais aussi sur cette maladie qui touche 1 femme sur 10 en âge de procréer...

C’est avec une photo d’elle et de son mari, le test de grossesse à la main et le sourire aux lèvres, que Laetitia Milot a annoncé mardi sa grossesse à ses fans sur les réseaux sociaux. Pour l’actrice, star de la série Plus Belle La Vie, c’est « l’aboutissement d’un long combat », une bonne nouvelle apportant un nouveau souffle d’espoir pour toutes les femmes touchées par l’endométriose, maladie dont souffre la jeune femme.

Si l’endométriose est une maladie gynécologique chronique encore méconnue, Laetitia Milot en est devenue une véritable ambassadrice pour la mettre en lumière et sensibiliser à son diagnostic. L’actrice de 37 ans a été révélée par la série télévisée Plus belle la vie en 2004. Il y a dix ans, alors qu’elle venait de se marier, on lui diagnostique une maladie dont elle souffrait depuis des années : l’endométriose. Elle entame alors un combat contre la pathologie, renforcé en 2014 lorsqu’elle devient la marraine d’Endofrance, l’association Française de lutte contre l’endométriose. Auteur d’un livre paru en avril 2016, « Le bébé, c’est pour quand ? », Laetitia Milot y exprime son vécu avec cette maladie, en donnant également la parole à d’autres femmes atteintes.

Un bonheur inespéré

Au mois de mars dernier, grosse étape dans sa lutte contre l’endométriose : l’actrice est opérée afin d’augmenter ses chances d’être enceinte. Suite à cela, on a pu lire dans une interview accordée à Gala que son médecin lui avait laissé entendre qu’elle pouvait s’attendre à une « surprise dans les 6 à 9 mois ».

C’est cet été, en plein tournage de la nouvelle série de TF1 « La vie aux yeux clairs », que Laetitia Milot a appris qu’elle était enceinte. Elle et son époux attendront cependant l’automne pour annoncer la nouvelle, afin de laisser passer le fameux « cap » des trois mois et s’assurer que tout aille bien. Un miracle ou presque. Au magazine Gala qui lui demande cette semaine si son enfant a été conçu de façon natu­relle, l’actrice répond : « Tota­le­ment ! Et c’est d’au­tant plus mira­cu­leux, pour ainsi dire, que le bébé a mani­fes­te­ment rejeté les dernières traces du trai­te­ment (de son opération, ndlr). » !

L’endométriose, c’est quoi exactement ?

L’endométriose est une maladie inflammatoire chronique récidivante qui touche environ une femme sur dix en âge de procréer. L’endomètre est le tissu qui tapisse l’utérus. Il s’épaissit au cours du cycle afin de permettre une éventuelle grossesse, et se désagrège sous forme de règles lorsqu’il n’y a pas eu de fécondation. Chez certaines femmes, des cellules remontent le long des trompes et migrent jusqu’aux organes voisins, y créant des kystes, nodules, adhérences et lésions. Cela concerne principalement les organes génitaux mais peut également comprendre les organes digestifs, urinaires,  plus rarement pulmonaires et cérébraux. Il s’agit d’une maladie complexe, car l’une de ses premières particularités est qu’elle ne se développe pas de la même façon d’une femme à l’autre, au niveau de la localisation et des proportions. De ce fait, elle est souvent diagnostiquée avec un retard moyen de 5 ans.

Le symptôme le plus courant est la douleur : pendant les règles (dysménorrhée), pendant les rapports sexuels (dyspareunie), on note des douleurs aigües ou chroniques, douleurs urinaires, digestives, selon les organes colonisés. Lorsqu’on interroge les femmes diagnostiquées, on retrouve souvent la présence de dysménorrhées depuis les premières règles, passées pour de « simples » douleurs habituelles de règles. Cependant ces dernières sont habituellement soulagées grâce au paracétamol, contrairement aux douleurs liées à l’endométriose.

Pour certaines, être atteintes d’endométriose, cela va jusqu’à l’incapacité de mener une vie normale, professionnellement, familialement et intimement. Pour d’autres, les douleurs pourront être si intenses qu’elles provoqueront des évanouissements. Divers autres symptômes peuvent apparaître, tels que la fatigue, les saignements, les troubles digestifs ou urinaires, et notamment, l’infertilité qui touche 30 à 40% des femmes souffrant de la pathologie.

Bien entendu, cette maladie entraîne souvent un mal être profond chez la femme qui en est atteinte. Touchée dans son corps par un mal qu’elle connaît mal au départ, l’épuisement lié aux douleurs et parfois l’isolement peuvent être des fardeaux. De plus, une fois le diagnostic posé, arrivent les craintes et les questions, liées à sa féminité, à sa capacité à avoir un jour des enfants et une vie intime satisfaisante. Il convient alors d’être bien informée sur les méthode de soulagement des douleurs et sur les traitements existant.

Des traitements de l’endométriose entretenant l’espoir

Il n’existe, à ce jour, pas de traitement définitif de l’endométriose, cependant grâce à la chirurgie ou l’hormonothérapie, il est possible d’endiguer l’évolution de la maladie pour quelques mois voire des années selon les cas. Étant donné la nature hormonale de la maladie, les traitements au début consistent souvent à priver le corps des œstrogènes, hormones qui nourrissent les cellules utérines. Ainsi, en première intention, on essaye d’éviter l’apparition des règles, via une prise de pilule en continu, la pose d’un stérilet, ou encore la mise en place d’une ménopause artificielle via des injections. Cela permet à certaines femmes de ne plus souffrir et de vivre normalement.

D’autre part, que cela soit en prévention de la maladie ou en curatif, l’hygiène de vie a un rôle extrêmement important. En plus d’avoir des effets positifs ou négatifs sur les mécanismes d’inflammation, l’alimentation influence également l’équilibre hormonal. Les recommandations sont d’essayer de limiter la consommation de graisses saturées, laitages, sucres raffinés et de privilégier les acide gras oméga 3, les fibres.

Il se peut parfois que ces traitements ne suffisent pas. La chirurgie est alors proposée, notamment lorsqu’entre en jeu un désir de grossesse. En effet, au-delà de la pénibilité des douleurs, il faut prendre en compte l’envie d’enfant de la femme. C’est cette dernière option qu’a choisi Laetitia Milot en mars dernier, pour la deuxième fois. Elle avait en effet déjà subi une opération chirurgicale il y a quelques années afin d’enlever des nodules, qui malheureusement étaient revenus rapidement.

Au début de cette année, pleine d’espoir et de persévérance, la voici à nouveau sur la table d’opération, soutenue par son époux plus que jamais à ses côtés. Cette semaine est arrivée l’annonce du fruit de cette détermination et de cette ténacité. Après plus de 10 ans de mariage avec son mari et malgré une multitude d’épreuves depuis leur rencontre, les voilà prêts à enfin entamer une nouvelle étape en devenant parents. Grâce à l’amour, la persévérance et l’espoir constant, Laetitia Milot et son mari Badri touchent du doigt un bonheur longuement espéré et offrent à des milliers de femmes la preuve qu’il ne faut jamais baisser les bras et oser exprimer ses maux.

 

 

Partager
Commenter
Tags:
grossesse
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]