Aleteia

5 conseils pour un mariage harmonieux et chemin de sainteté

Shutterstock
Partager
Commenter

Le bienheureux Charles d’Autriche et son épouse Zita ont eu une vie conjugale exemplaire, riche d'enseignements ! C'est d'ailleurs la raison pour laquelle l’Église a choisi la date de leur mariage pour commémorer le Bienheureux Charles d’Autriche...

Traditionnellement, l’Église célèbre la vie d’un saint chaque année à la date de sa mort, jour qui marque son entrée au paradis. Cependant, ce n’est pas le cas du bienheureux Charles d’Autriche. En effet, l’Église a choisi une date qui a marqué sa vie et qui a ouvert la voie à sa sainteté : son anniversaire de mariage, le 21 octobre.

Le Bienheureux Charles, en plus d’être le dernier empereur d’Autriche, souverain de l’Empire austro-hongrois et dirigeant qui a œuvré sans relâche pour la paix lors de la Première Guerre mondiale, était aussi un homme de famille et un mari fidèle à sa femme Zita. Ils ont été mariés pendant 11 ans avant sa mort prématurée en 1922, et ont élevé 8 enfants.

© AFP PHOTO / AFP FILES

Être à la tête d’un empire en guerre comporte certes de nombreuses difficultés, mais au milieu de tout cela, Charles n’a jamais oublié l’importance de son mariage. En fait, son mariage avec Zita a fourni à ses enfants et à ses sujets un modèle à suivre.

Voici cinq conseils de mariage basés sur la vie du Bienheureux Charles d’Autriche et de sa femme Zita qui peuvent nous inspirer et aider les couples mariés à vivre selon leurs vœux « jusqu’à ce que la mort nous sépare. »

1. L’objectif principal du mariage est d’aider son conjoint à gagner le ciel

La veille de leur mariage royal, Charles a dit à Zita : « Nous devons nous aider mutuellement pour gagner le ciel. » Il est facile d’oublier que le mariage est avant tout un sacrement. Cela signifie que Dieu accorde aux couples mariés des grâces spéciales pour réaliser leur état de vie, pour arriver au paradis. Dieu désire notre bonheur et on peut l’atteindre en reconnaissant le rôle que l’on joue pour aider notre conjoint à mener une vie sainte. Ce n’est certainement pas facile, mais avec Dieu tout est possible.

2. Confier son mariage à Dieu et à sa Sainte Mère

Charles et Zita savaient que s’ils voulaient « s’aider mutuellement pour gagner le ciel », ils avaient besoin de toute l’aide possible. En plus de se marier à l’église, le couple avait fait graver quelque chose de spécial à l’intérieur de leurs alliances. L’inscription était en latin : « Sub tuum praesidium confugimus, sancta Dei Genitrix » ou « Sous votre protection, nous nous réfugions, ô Sainte Mère de Dieu ». Il s’agit d’une ancienne prière qui exprime leur désir de placer leur mariage sous la surveillance de la Bienheureuse Vierge Marie.

De plus, avant de partir en lune de miel, le couple royal a fait un pèlerinage au sanctuaire marial de Mariazell, dédié à Notre Dame Magna Mater Austriae (Grande Mère de l’Autriche). Le mariage s’avère souvent très difficile, donc les couples ne devraient pas avoir peur de demander de l’aide à Dieu et à sa Mère.

3. Après le jour du mariage, ce n’est plus « moi », mais « nous »

Souvent dans le mariage, on peut être tentés de vivre une vie séparée de celle de son conjoint, où chacun a « son travail ». Les décisions sont prises séparément et les conjoints ne se mêlent pas de ce qui regarde l’autre. Charles et Zita, au contraire, se considéraient plus comme une équipe. Zita était très intéressée par les occupations de son mari et n’avait pas peur de donner ses opinions. Elle voyageait souvent avec Charles lors de voyages politiques et jouait un rôle actif dans les préoccupations sociales de l’empire.

En plus de travailler ensemble comme un couple royal, Charles et Zita ont activement enseigné à leurs enfants les vérités de la foi. Ce n’était pas simplement « le travail de Zita » de montrer aux enfants comment prier, Charles leur a aussi inculqué l’amour de Dieu et leur a personnellement appris leurs prières. Ils ont pris au sérieux l’idéal biblique de « devenir une seule chair » en toutes choses.

4. Entretenir continuellement la flamme de l’amour

Être un empereur pendant la Première Guerre mondiale impliquait que Charles devait voyager et prendre des décisions militaires vitales. Cela l’a fait souffrir car il devait être loin de sa femme et de sa famille. Il a alors décidé d’installer une ligne téléphonique qui reliait son quartier général militaire et le palais impérial afin de pouvoir appeler Zita plusieurs fois par jour pour parler avec elle et savoir comment les enfants allaient. Charles comprenait que même avec ses nombreuses responsabilités, son mariage et sa famille étaient sa priorité absolue. Il savait que son mariage échouerait s’il n’était pas nourri par des occasions de garder en vie la flamme de l’amour.

5. S’aimer d’un amour éternel qui peut endurer toutes les épreuves

Les jeunes mariés sont souvent surpris de la rapidité avec laquelle l’engouement ressenti au début se dissipe, et se retrouvent à ne pas « ressentir » le même amour qu’ils avaient pour leur conjoint. Ce manque de « sentiment » peut les décourager, surtout au milieu d’une épreuve. Charles et Zita, cependant, n’ont pas cessé de s’aimer même lorsque des difficultés ont surgi. Après avoir fait face à l’humiliation d’être exilés de leur propre pays, ils se sont accrochés l’un à l’autre plus fort que jamais. Peu de temps après, ils ont fait face à une situation qui a éprouvé plus encore leur amour quand Charles a contracté une pneumonie et s’est rapidement retrouvé sur son lit de mort.

Les derniers mots de Charles à sa femme ont été : « Je t’aime infiniment. » Zita a porté pendant 67 ans des vêtements noirs en signe de deuil. Elle n’a jamais cessé de l’aimer jusqu’à sa propre mort, quand elle a été réunie avec lui au paradis. Leur amour était plus qu’un « sentiment », il était le choix de s’aimer « jusqu’à ce que la mort nous sépare » et au-delà.

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]