Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 18 mai |
Saint Éric
Aleteia logo
Art & Voyages
separateurCreated with Sketch.

Les tribulations de l’icône de Notre-Dame de Kazan

Our Lady of Kazan

Public Domain

Sylvain Dorient - publié le 11/11/17

Cette icône de la Vierge, dite icône de Notre-Dame de Kazan, a accompagné la naissance et tous les moments cruciaux de l'histoire de la Russie.

Il y a un siècle, dans la nuit du 6 au 7 novembre 1917, les bolchéviques menés par Lénine prennent le pouvoir en Russie, à partir de l’ancienne capitale russe, Petrograd (aujourd’hui Saint-Pétersbourg). Au même moment disparaît l’icône de Notre-Dame de Kazan de la cathédrale Notre-Dame-de-Kazan de Petrograd. Les communistes, conscients du symbole qu’elle représente, transforment la cathédrale en musée de l’athéisme.

La protectrice de la Russie

L’icône originale de Notre-Dame de Kazan serait vieille d’un millénaire et aurait été peinte à Constantinople. Selon l’histoire russe, elle aurait séjourné une première fois dans le monastère de Kazan, à 800 kilomètres à l’est de l’actuelle Moscou. Elle disparaît en 1209, pendant l’invasion des Tartares. Ivan le terrible reconquiert et incendie la ville plus de trois siècle plus tard, en 1552.

Mais, avertie par un songe, une fillette aurait retrouvé l’icône sous les décombres, et l’œuvre devient aussitôt un symbole de l’unité russe. Ivan, qui n’a pourtant pas usurpé son qualificatif de “terrible”, porte une dévotion particulière à l’icône, pour laquelle il bâtit une cathédrale, la première Notre-Dame-de-Kazan. À partir de ce moment, son nom est régulièrement invoqué dans les périodes critiques de l’histoire du peuple russe.

Quelques années plus tard, en 1612, Moscou est assiégée par les armées polonaises, et l’icône est portée par les soldats russes, qui libèrent la ville de l’encerclement. Elle est alors placée dans l’église Notre-Dame de Kazan à Moscou, sur la Place rouge. Détruite par les communistes en 1936, elle a été reconstruite en 1993.

Multiplication d’icônes

De nombreuses copies en furent faite, dont l’icône qui séjourna un temps à Petrograd. Selon certains experts, cette copie de Petrograd, datant du XVIIIe siècle, fut vendue puis exposée à la basilique Notre-Dame de Fatima avant d’être offerte au pape Jean Paul II en 1993. Celui-ci décida de la restituer au peuple russe en 2004, le jour de l’Assomption dans le calendrier julien des chrétiens d’Orient.

Quant à la plus ancienne icône, vénérée à Moscou depuis presque 400 ans, elle disparut en 1904, l’or et les pierres précieuses dont elle était sertie attisant la convoitise de voleurs. Ils furent retrouvés, mais pas l’icône. Cette disparition fut interprétée comme un signe de catastrophe. Si cette icône demeure introuvable, les copies, parfois très anciennes, continuent à susciter la dévotion des Russes. Elle est aussi vénérée par les catholiques.


ÉGLISE SAINT-SERGE

Lire aussi :
Diapo – L’église Saint-Serge : la Russie sans quitter Paris

Tags:
Russie
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-ecrire-sans-vous-NONPOP.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement