Aleteia

Biscuits de l’Avent : les jolis springerlés

© Shutterstock
Partager
Commenter

Découvrez les springerlés, de ravissants petits gâteaux qui autrefois décoraient les sapins de Noël et transmettaient les meilleurs vœux de ceux qui les offraient...

Depuis le Moyen-âge, au moment de Noël, on fait des springerlés en Alsace, mais aussi en Suisse et en Allemagne. Leur nom signifie « petits sauteurs » car on devait les faire  sauter  pour les décoller du moule qui permet de les décorer de motifs traditionnels. Confectionnés pendant l’Avent pour décorer les sapins de Noël, on les offre aussi pour de grandes occasions de la vie.

Les springerlés, de jolis biscuits illustrés

Que ce soit par une main d’artiste, ou au contraire par un sculpteur naïf, des dessins sont creusée dans le bois et célèbrent Noël ou Pâques… Mais les images peuvent aussi représenter l’amour, les métiers, des animaux, des tenues élégantes ou des uniformes.

Certains moules à springerlés, ornés de deux cœurs et deux grenades entrouvertes, ou un bouquet composé de dahlia, tulipe et tournesol, symbolisant la fertilité, étaient offerts aux jeunes couples pour leur mariage. D’autres, ornés des lettres de l’alphabet servaient à apprendre à lire : l’enfant n’avait droit de manger son springerlé que lorsqu’il connaissait son alphabet !

Des moules gravés spécialement pour les springerlés

Les gravures des moules à springerlés sont traditionnellement taillées dans du bois de poirier, mais aujourd’hui, on en trouve en terre cuite, en céramique ou même en silicone !

A la Petite Pierre, dans le massif des Vosges, un petit musée des arts et traditions populaires raconte l’histoire de ces petits gâteaux de Noël… et permet de passer aux travaux pratiques !

© Shutterstock

Le tour de main des springerlés

Pour qu’ils restent bien blancs en surface, on les cuit très doucement. Les œufs et le sucre doivent être battus très longtemps avant de pouvoir pétrir la pâte. Alors seulement, on pourra passer à la délicate étape du moulage de l’image, puis il faudra le faire sauter pour le démouler. Avant de les cuire, ces biscuits sèchent environ 24 h, selon la taille. Pendant ce temps, le dessin durcit et ne se déforme pas lors de la cuisson. Enfin, il est cuit quand une petite épaisseur se forme au dessus du moule, c’est le pied.

La recette des springerlés

Recette de Monsieur Haudot, conservateur et fondateur des musées de la Petite Pierre.

  • 2 œufs
  • 200 g de sucre en poudre
  • 1 paquet de sucre vanillé
  • 275 g de farine
  • 1 pointe de couteau de levure chimique
  • 5 g d’anis en grains
  • 1 moule à springerlé

Battez les œufs avec le sucre et le sucre vanillé jusqu’à ce que le mélange prenne l’allure d’un ruban (15 minutes).

Incorporez-y 225g de farine et la levure.

Répandez le reste de farine sur la planche à pâtisserie.

Déposez y la pâte et pétrissez la jusqu’à ce qu’elle devienne lisse.

Ajoutez de la farine si nécessaire.

Étendez la pâte sur 1 cm d’épaisseur.

Farinez le moule, puis presser le sur la pâte.

Décollez la pâte du moule, coupez et disposez les motifs sur la plaque à cuire farinée et parsemée des grains d’anis.

Laissez sécher 24h dans un endroit modérément chauffé.

Enfournez 15 à 20 min à four doux (150°)

Pour que la gravure reste blanche, dès qu’un socle sera formé, glissez dans le four une autre plaque froide au-dessus de la plaque de cuisson.

À la sortie du four, laissez les springerlés à l’air libre puis conserver dans une boite hermétique.

En savoir plus

Musée du sceau alsacien et du Springerlé
11 rue des Remparts, 67290 La Petite Pierre
03 88 70 48 65
musee-springele.com ou massif-des-vosges.com

 

Tags:
recette
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]