Aleteia

Fusillade au Texas : un couple pardonne à celui qui a décimé sa famille

SCOTT OLSON I GETTY IMAGES NORTH AMERICA I AFP
Partager
Commenter

Alors qu'il a perdu neuf membres de sa famille lors de la fusillade à la First Baptist Church de Sutherland Springs, un couple affirme ne pas haïr le tueur.

L’amour et le pardon sont deux des messages les plus importants des Évangiles. Ainsi, Jésus ordonne à la foule : « Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux » (Luc 6, 36) et « Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent » (Matthieu 5, 44). Deux versets qui sont très difficiles à mettre en œuvre, mais illustrés parfaitement par Joe Holcombe, 86 ans, dont la famille a été décimée dans la fusillade de la First Baptist Church de Sutherland Springs, au Texas.

« Je ne lui en veux pas »

Ce 5 novembre 2017, dans la First Baptist Church, la famille Holcombe a perdu pas moins de neuf membres. Ce jour-là, Claryce et Joe Holcombe perdent leur fils Bryan, Karla, leur petit-fils, Marc-Daniel, leur arrière-petite-fille, Noah ainsi que leur belle-fille Crystal, femme de leur fils John, qui était enceinte. Trois des quatre enfants de cette dernière, Emily, Megan et Greg, ont également perdu la vie. Ajoutons que John Holcombe et sa dernière fille âgée de 5 ans sont à l’hôpital de San Antonio. Pourtant le couple reste ferme et déterminé dans sa foi chrétienne. Ainsi, Joe confie au site Faithwire, quelques heures seulement après le drame, que lui et sa femme demeurent « proches de Dieu ».

« Nous sommes forts », affirme-t-il avec la ferme espérance de revoir sa famille au complet au paradis. « Nous serons avec Bryan et sa femme et toute la famille un de ces jours, et nous attendons cela avec impatience », assure-t-il. L’octogénaire déclare qu’il ne sait pas ce qu’il compte dire à la famille du tireur présumé, Devin Kelley, mais qu’il pardonne au tueur. « Je ne lui en veux pas. Je souhaiterais qu’il ne l’ait pas fait, mais tout ce que je peux dire c’est qu’il va être récompensé pour ce qu’il a fait, et il ne va pas aimer cette récompense », explique-t-il. Il affirme néanmoins : « Je ne le hais pas du tout, je me sens juste désolé pour lui. »

En outre, sa foi reste inébranlable. À ceux qui se demandent comment un Dieu qui est amour peut permettre un tel carnage, il leur répond : « Dieu ne veut pas que nous le comprenions. Il veut que nous lui fassions confiance et je pense que je leur dirais ça. Nous ne comprenons pas comment Dieu travaille, mais nous lui faisons confiance pour tout ce qu’il fait. »

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]