Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Minimalisme : inspirons-nous de saint François d’Assise !

ST FRANCIS,STATUE
Partager

Quand on parle de minimalisme, il ne s’agit pas de se débarrasser des choses, mais plutôt de s’en libérer... La vie de saint François d'Assisse se révèle être une source d'inspiration bienvenue pour bien faire.

Vous pensez être un vrai minimaliste parce que vous vous êtes débarrassé de votre télévision et de quelques cartons qui se trouvaient dans votre garage ? Ou encore parce que vous emménagez dans une petite maison et ne possédez maintenant que trois T-shirts et une paire de chaussures ? Eh bien, vous possédez toujours plus de choses que saint François d’Assise ! Il est très connu pour avoir enlevé les seuls vêtements qu’il portait devant une foule abasourdie car il refusait d’être redevable de ses possessions matérielles à son père. C’est alors devenu un mendiant errant parce que même une petite maison aurait été trop luxueuse.

Cependant, il ne s’agissait pas de minimalisme pour saint François d’Assise, son but n’était pas simplement de vivre avec moins de choses. On pourrait facilement se débarrasser de tout, désencombrer, devenir une icône du minimalisme, et rester avec un cœur vide. Ce n’est pas comme si vider un placard était le remède magique qui nous débarrasserait de tout ce qui nous afflige et nous ferait vivre aussi heureux que saint François. Sa folie avait en réalité une méthode, et son minimalisme était juste un sous-produit d’une plus grande vision qu’il avait de l’accomplissement de l’être humain.

Voici quelques habitudes de saint François que nous pouvons tous garder à l’esprit lorsque nous ressentons le besoin de simplifier ou d’alléger notre environnement.

La générosité

Les choses matérielles ne sont pas mauvaises en soi, elles le sont quand on en a trop et qu’elles nous submergent. Mais même si l’on se noie dans une garde-robe débordante de vêtements dont on n’a pas besoin, cela ne veut pas dire que la solution soit de tout jeter. Mieux vaut en effet les donner, quelqu’un d’autre en bénéficiera. Saint François n’a pas adopté un style de vie minimaliste dans son propre intérêt ; il a vécu de cette façon afin d’être plus généreux envers les autres.

Il ne souhaitait pas s’encombrer car il voyageait pour passer du temps avec les pauvres et encourager les œuvres de charité. Il s’est débarrassé de toutes les restrictions matérielles afin de consacrer sa vie à l’amour qu’il portait aux autres. Donc, quand la folie du nettoyage par le vide frappe, on peut être généreux non seulement en faisant don des choses que l’on veut voir disparaître, mais aussi en donnant peut-être juste un peu plus que ce que l’on aurait aimé donner initialement, parce que la générosité développe des trésors dans le cœur et nous donne en retour des biens beaucoup plus importants : l’amour et la gratitude des autres.

L’amour de la beauté naturelle

Saint François d’Assise a prêché un sermon célèbre à des oiseaux parce qu’il a voulu souligner le fait que, même si l’on ne s’en rend pas compte, la nature est un paradis. La beauté de la nature révèle un monde plus profond et encore plus beau que le nôtre. Les choses fabriquées par l’homme ne sont pas toujours capables de transmettre le même message ; certains objets peuvent être beaux et agréables quand d’autres sont purement fonctionnels et jetables.

Saint François a peut-être fait don de tous ses biens, mais il n’a jamais abandonné son appréciation de la beauté naturelle. Être minimaliste ne signifie pas que l’on doit vivre dans un environnement uniforme et laid. Dans son « Cantique des créatures », saint François s’enthousiasme : « Loué sois-tu, mon Seigneur, avec toutes tes créatures, spécialement messire frère Soleil, par qui tu nous donnes le jour… il est beau, rayonnant d’une grande splendeur ! » Plus on est en mesure de partager cette attitude et de voir la beauté qui nous entoure, que ce soit simplement en observant le lever du soleil, en faisant une promenade dans le parc, ou en jouant à la balle avec notre chien dans le jardin, moins on aura besoin de choses matérielles dans notre vie.

Le courage

L’image que la plupart d’entre nous a probablement de saint François d’Assise est une scène en technicolor d’un homme doux avec d’énormes yeux bienveillants de dessin animé qui nourrit des animaux. En fait, saint François a vécu une vie d’extrême pauvreté et de railleries. La plupart des gens pensait qu’il était fou, même quand il a travaillé dur toute sa vie pour convaincre les sceptiques et organiser un ordre religieux. Il a finalement été marginalisé par ses propres disciples, qui tentaient de changer ses idéaux pour la communauté. Mais cela ne lui a jamais fait perdre sa joie ou sa tranquillité d’esprit.

Il faut du courage pour lâcher prise, pour relâcher l’emprise que l’on a sur les possessions matérielles qui nous apportent du bien-être. Il faut du courage pour ignorer les gens qui se moquent de nous car on est différent, ou pour faire fi du snobisme social qui voudrait que l’on ait une grande maison et deux voitures plutôt qu’une. Saint François a ignoré ses craintes, a tout laissé derrière lui et ne s’est jamais inquiété de ce que les autres disaient de lui. S’il y a une chose que le minimalisme peut nous apprendre, c’est que la vie est ce que nous faisons d’elle et si l’on est assez courageux pour se libérer de tout ce qui nous retient, la récompense en vaut la peine.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]