Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!
Aleteia

Les sept dons du Saint-Esprit reçus au baptême pour guider notre vie

© Wikimedia
© Wikimedia
Partager

Nous recevons les sept dons du Saint-Esprit au baptême et la confirmation nous en donne la plénitude.

Ces dons pourraient se traduire comme une grande intuition qui nous guide dans la vie de tous les jours. Nous recevons les sept dons au baptême et la confirmation nous en donne la plénitude. Nous sommes « les bénis de Dieu ». Ainsi il y a un lien parallèle entre les sept dons du Saint-Esprit et les béatitudes. Ces dernières sont, en effet nos attitudes résultantes des dons du Saint-Esprit.

La sagesse

C’est le plus important de tous. Ce don renforce notre amour car c’est celui qui nous identifie à Dieu. L’amour nécessite le don de sagesse et en même temps le don de sagesse évoque, renforce et pérennise notre amour.

Grâce à ce don, nous nous trouvons dans la bénédiction : « Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu ». (Mt 5, 1-12). Ceux qui opposent la paix en eux-mêmes, par leurs actes, font disparaître les conflits chez les autres, au sein de leurs familles ou sur leurs lieux de travail.

Pour ceux qui s’appuient sur le don de sagesse, les paroles suivantes sont adressées : « Heureux ceux qui sont persécutés à cause de la justice, car le royaume des cieux est à eux ! ». (Mt 5, 1-12). Il est vrai que,  par notre fidélité à Dieu et à ses commandements, nous pouvons parfois subir des conduites hostiles ou des harcèlements de tout genre.

L’intelligence

Elle nous soutient dans notre foi. C’est la compréhension de ce que Dieu ordonne et interdit dans les commandements. Ce don nous permet de comprendre par exemple : pourquoi Jésus a souffert et pourquoi il est ressuscité. « Bienheureux les cœurs purs, car ils verront Dieu  » (Mt 5, 8). Puisque la pureté du cœur est un amour véritable. Plus nous avons la compréhension de notre foi, plus nous admirons Dieu. Plus Dieu est le plus important et plus nous nous efforçons à ne pas manquer la messe du dimanche.

Le conseil

Ce don nous donne la faculté de remédier à la pauvreté, spirituelle et matérielle. « Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde ! » (Mt 5, 1-12). Nous sommes invités à pratiquer la miséricorde, nous servons les autres avec des « œuvres de miséricorde » : nous nourrissons les affamés, nous soignons les malades, nous soutenons les pauvres, nous aidons les voyageurs, ramenons, sur le bon chemin, les âmes perdues.

La force

« Heureux les affamés et assoiffés de la justice, car ils seront rassasiés « . Grâce à la force, nous persévérons dans la réalisation de tout travail que Dieu nous demande d’accomplir par les autres dons. Nous ne renonçons ni : même quand nous sommes fatigués, à causes des obstacles retrouvés sur notre chemin.

La science

Le don de science nous permet de percevoir la vie du point de vue de Dieu. Nous sommes capables de reconnaître le chemin qui nous mène vers le salut éternel de celui qui pourrait nous mener à la perte (par exemple : comme certaines addictions).  » Heureux les affligés car ils seront consolés  » (Mt 5, 1-12). Ceux qui regrettent leurs péchés.

La piété

Elle nous aide à perdurer dans nos prières et dans l’accomplissement de nos actes (apprentissage, travail) dans la perspective de Dieu. « Heureux les doux, car ils recevront la terre en héritage «  (Mt 5,1-12). Ceux qui accomplissent les devoirs que Dieu leur demande.

La crainte

Ce don nous enracine dans l’humilité. Nous sommes tout petits devant Dieu. Ainsi Dieu devient le plus important et nous mettons tout le reste au second plan. Nous nous efforçons à ce que Dieu soit toujours au-dessus de tout. « Heureux les pauvres en esprit… » (Mt 5, 1-12). Ceux qui par leurs pensées et leurs souhaits ne demandent rien d’autre que la volonté de Dieu. Ceux qui ne céderons pas à la tentation de travailler un  « jour saint ».

Prière pour obtenir les sept dons du Saint-Esprit par saint Alphonse de Ligurie

Si après la lecture de ce texte, vous avez remarqué qu’un de ces dons vous manque. Si vous pensez ne pas être un « enfant béni » de Dieu. Vous pouvez profiter de cette prière en demandant le Saint-Esprit de vous accorder un ou plusieurs dons.

« Esprit Saint, divin Consolateur, je vous adore comme mon Dieu véritable, ainsi que Dieu le Père et Dieu le Fils. Je Vous bénis et je m’unis aux bénédictions que Vous recevez des Anges et des Saints. Je Vous donne mon cœur, et je Vous offre de vives actions de grâces pour tous les bienfaits que Vous avez répandus et que Vous ne cessez de répandre dans le monde. Auteur de tous les dons surnaturels, Qui avez comblé d’immenses faveurs l’âme de la Bienheureuse Marie, Mère de Dieu, Je Vous prie de me visiter par votre grâce et par votre amour, et de m’accorder :

Le Don de votre Crainte, afin qu’il me serve de frein pour ne jamais retomber dans mes fautes passées, dont je Vous demande mille fois pardon ;

Le Don de Piété, afin que je puisse à l’avenir vous servir avec plus de ferveur, suivre avec plus de promptitude Vos saintes inspirations, observer plus exactement Vos divins préceptes ;

Le Don de Science, afin que je puisse bien connaître les choses de Dieu, et, éclairé par vos saintes instructions, marcher, sans jamais dévier dans la voie du salut éternel ;

Le Don de Force, afin que je puisse surmonter courageusement toutes les attaques du démon et tous les dangers du monde qui s’opposent au salut de mon âme ;

Le Don de Conseil, afin que je puisse bien choisir tout ce qui est le plus convenable à mon avancement spirituel, et découvrir tous les pièges et les ruses de l’esprit tentateur ;

Le Don d’Intelligence, afin que je puisse bien entendre les divins mystères, et, par la contemplation des choses célestes, détacher mes pensées et mes affections de toutes les vanités de ce misérable monde ;

Le Don de Sagesse, afin que je puisse bien diriger toutes mes actions, en les rapportant à Dieu comme à ma fin dernière, afin qu’après L’avoir aimé et servi, comme je le dois, en cette vie, j’aie le bonheur d’aller le posséder éternellement en l’autre. Amen. »

Saint Alphonse de Liguori (1696-1787)