Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le langage du corps humain dans l’art chrétien

Wikimedia
La création d'Adam, Michel-Ange, Chapelle Sixitne, Rome.
Partager

Au fil des siècles, les artistes ont établi une symbolique dans leurs représentations du corps.

Les catholiques croient à la dignité et à la beauté inhérentes au corps humain. Il n’est pas quelque chose dont on peut abuser, quelque chose que l’on peut utiliser à tort et à travers. Au contraire, nous devons l’aimer et l’honorer. Lors d’une homélie adressée à des artistes dans la chapelle Sixtine, le pape Jean Paul II a déclaré : « Dans le contexte de la lumière qui vient de Dieu, le corps humain conserve […] sa splendeur et sa dignité. »

C’est uniquement quand le corps humain est séparé de Dieu et qu’il est sorti de ce contexte qu’il est utilisé à des fins égoïstes. Au fil des siècles, les artistes virent dans différentes parties du corps des symboles permettant de transmettre certaines vérités spirituelles. Ils reconnurent que Dieu est la source ultime de la beauté du corps et que tout dans le corps renvoie à Dieu. Voici quelques-uns de ces symboles.

La tête 

Étant donné son rôle central dans la direction du corps, la tête est perçue comme le siège de la sagesse et de la connaissance. Le Christ est souvent appelé « Tête de l’Église », car c’est Lui qui dirige tous les membres de son corps, les aidant à cheminer sur la voie de la sainteté.

Les cheveux 

Les coiffures dans l’art ont revêtu diverses significations au fil des siècles. Dans le contexte chrétien, des cheveux lâchés et ondulants étaient un symbole de pénitence, en référence au récit, dans les Évangiles, de la femme pécheresse qui lava les pieds de Jésus de ses larmes et les essuya avec ses cheveux. Les femmes qui n’étaient pas mariées avaient pour habitude de porter les cheveux longs et de ne pas se couvrir la tête, c’est pourquoi les saintes qui étaient vierges furent souvent représentées de cette manière. Chez les hommes, les cheveux longs pouvaient être perçus comme un symbole de puissance, en référence à l’histoire de Samson. La tonsure ou l’absence de cheveux symbolisaient le dévouement du moine à Dieu.

Les yeux

Les yeux sont très importants dans la spiritualité. D’ailleurs, Jésus y fait référence dans l’Évangile de Matthieu : « La lampe du corps, c’est l’œil. Donc, si ton œil est limpide, ton corps tout entier sera dans la lumière ; mais si ton œil est mauvais, ton corps tout entier sera dans les ténèbres. Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, comme elles seront grandes, les ténèbres ! » (Mt 6, 22-23) Les artistes de la Contre-Réforme comme Guido Reni représentaient souvent les saints avec des yeux résolument tournés vers le ciel, comme en extase.

Les mains

La main de l’homme a souvent été utilisée pour symboliser la « main » (autrement dit le pouvoir créateur) de Dieu. C’était notamment le cas dans l’art chrétien primitif, à une époque où les artistes ne voulaient pas représenter Dieu comme une personne humaine. La main suffisait alors à Le représenter.

En outre, les gestes de la main dans l’art sont très spécifiques et ont une signification bien particulière, comme nous avons pu le voir dans cet article.

Les pieds

Les pieds des Hommes sont en contact avec la terre et dans l’art, symbolisaient l’humilité et le service. Cette symbolique trouva son origine dans le récit de la Cène, au cours de laquelle le Christ lava les pieds de ses disciples, un acte habituellement accompli par un esclave.

La Vierge d’humilité est un thème iconographique s’inspirant de la spiritualité franciscaine où Marie est représentée assise à même le sol, les pieds nus. Le fait de retirer ses chaussures est un signe biblique montrant que l’on se trouve dans un endroit ou sur une terre sacrée.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]