Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Notre-Dame du Pilar : l’histoire méconnue de la bilocation de la Vierge

ABBAYE DE MONSERRAT : Haut lieu de pèlerinage marial depuis le Moyen Âge, cette abbaye, située dans les montagnes de Catalogne, a été construite par des moines bénédictins au IXe siècle.
Partager

L’Église fête Notre-Dame du Pilar (ce qui signifie « du Pilier) le 12 octobre, en référence à une apparition de la Vierge à Saragosse (Espagne) à l’apôtre saint Jacques, sur un pilier. Peu connue en France, Notre-Dame du Pilar est très vénérée en Espagne.

Quelques années seulement après la mort et la résurrection de Jésus, en l’an 40, a lieu la toute première apparition mariale. Elle apparaît à l’un des apôtres, Jacques le Majeur, frère de saint Jean. Cette apparition est connue sous le nom de Notre-Dame du Pilier. Aux premiers jours de l’ère chrétienne, Jacques part vers les terres païennes de la province romaine d’Hispanie, la future Espagne. Il se heurte à de nombreux obstacles dans ses tentatives d’évangélisation et on dit que l’apôtre connaît alors une période de grand découragement.

Sur les rives de l’Èbre

Une nuit, alors qu’il prie sur les rives de l’Èbre près de l’actuelle Saragosse, il est soudainement enveloppé d’une grande lumière. Il s’agenouille, fixe la lumière du regard et a une vision indescriptible. Dans le halo de lumière, il voit la Vierge Marie, debout sur une colonne de jaspe, entourée de milliers d’anges. La Vierge lui adresse alors des paroles d’encouragement et l’assure que l’œuvre qu’il accomplit pour Jésus finira par porter du fruit et que de nombreuses personnes se tourneront vers la foi. Elle demande qu’une église soit construite à l’endroit précis où elle est apparue et laisse la colonne de jaspe afin que l’on n’oublie pas l’endroit. Elle laisse également une petite statue d’elle tenant l’Enfant Jésus dans ses bras au sommet de la colonne.

Étant donné que la Vierge était toujours en vie et vivait à Jérusalem à ce moment-là – l’apparition a eu lieu avant son Assomption –, on considère qu’elle s’est trouvée à deux endroits différents simultanément et qu’il y a donc eu un phénomène de bilocation.

Une basilique à l’endroit même de l’apparition

Jacques s’empresse ensuite de réunir ses nouveaux compagnons et entreprend la construction d’une chapelle à l’endroit désigné par la Vierge. L’édifice est la première église construite pour honorer Marie. Aujourd’hui, après avoir connu de nombreux aménagements, elle est devenue une basilique connue sous le nom de Notre-Dame du Pilier, et se situe bel et bien à l’endroit précis où la Vierge est apparue il y a près de 2000 ans. Après avoir pris part à la consécration de la petite église, Jacques retourne à Jérusalem. Il est le premier apôtre à mourir pour sa foi. En effet, en l’an 44 Hérode Agrippa le fait décapiter. Ses disciples rapportent sa dépouille en Espagne pour qu’il y repose définitivement. La statue et le pilier laissés par la Vierge sont placés sous la protection des habitants de Saragosse.

Lire aussi : 5 apparitions mariales peu connues mais impressionnantes

Les nombreux miracles entourant la relique (la colonne surmontée de la statue) attestent de son origine miraculeuse. En 1936, pendant la guerre civile espagnole, les Républicains de gauche bombardent l’église, mais les bombes qui la touchent n’explosent pas. Personne n’est autorisé à toucher la statue, hormis les quatre prêtres dédiés à son entretien, et les nouveaux-nés que l’on soulève pour qu’ils puissent effleurer cette représentation de leur mère du ciel.

Une reconnaissance et des miracles

Très tôt, les papes attestèrent de l’authenticité de l’apparition de la Vierge. En 1456, le pape Calixte III encourage les fidèles à se rendre en pèlerinage à Notre-Dame du Pilier. La fondation de l’église est reconnue comme miracle. Au XVIIe siècle, un homme nommé Miguel Pellicer, originaire de la ville de Calanda, se retrouve dans l’incapacité de travailler après l’amputation d’une jambe. Il est donc réduit à la mendicité. Il vient constamment invoquer l’aide de la Vierge Marie auprès des reliques. Près de trois ans plus tard, il retrouve miraculeusement sa jambe.

Au fil des siècles, de nombreuses controverses éclatent au sujet de l’authenticité du lieu. Le pape Innocent III, répondant à un appel de l’Espagne, mandate douze cardinaux pour qu’ils enquêtent sur la question et étudient toutes les données disponibles. Le 7 août 1723, la congrégation des rites confirme le miracle. En 1730, le pape Clément VII autorise la célébration de la fête de Notre-Dame du Pilier à travers tout le royaume d’Espagne. Enfin, elle est déclarée sainte patronne de l’Hispanité. C’est d’ailleurs de là que le prénom féminin Pilar tire son origine. 

Lire aussi : En images : l’édifiante histoire des apparitions mariales de Fatima

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]