Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 18 mai |
Saint Eric de Suède
home iconDécryptage
line break icon

Pourquoi les orthodoxes se signent-ils « à l’envers » ?

Russian Orthodox Christians

FABIO BUCCIARELLI / AFP

Chrétiens russes orthodoxes.

Valentin Fontan-Moret - Publié le 03/11/17

Le signe de la croix est le symbole chrétien par excellence. Tracé de la main droite sur le corps, ce sacramental est pratiqué de diverses façons selon les traditions. Le sens dans lequel il est exécuté distingue d’ailleurs les catholiques des orthodoxes. Mais quelle est la signification de ces subtilités ?

Le signe de la croix est le geste par lequel les chrétiens signifient la bénédiction de leur personne au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Des pratiques analogues sont connues d’autres religions, et il est d’ailleurs difficile de ne pas voir dans certaines traditions juives la préfiguration de ce symbole chrétien si particulier, manifestation physique et ostentatoire d’une démarche spirituelle et personnelle. Cette pratique apparaît vraisemblablement très tôt dans l’histoire du christianisme, et il est frappant de constater que son évolution a suivi celle de l’Eglise, et notamment du schisme entre Orient et Occident, puisque deux manières de se signer distinguent désormais les chrétiens catholiques et orthodoxes.

La tradition qui s’est imposée en Occident et qui domine chez les catholiques latins est de se signer de haut en bas, puis de gauche à droite. Il est souvent tracé avec la main droite ouverte, les cinq doigts joints évoquant les cinq plaies du Christ. Mais cet usage est relativement récent et se différencie de la pratique primitive, qui a toujours cours dans le monde chrétien oriental. En effet, à l’origine, les chrétiens se signent de haut en bas puis de droite à gauche. Le pouce, l’index et le majeur sont joints, évoquant la Trinité consubstantielle et indivisible tandis que l’annulaire et l’auriculaire rabattus contre la paume de la main évoquent les deux natures — humaine et divine — du Christ.




Lire aussi :
Pourquoi seuls les chrétiens font-ils le signe de croix ?

Comme une bénédiction

La tradition orientale et primitive reproduit ainsi le geste de la bénédiction donnée par le clergé comme dans un miroir : la bénédiction donnée par le prêtre ou l’évêque reproduit le geste du Christ figuré sur les icônes byzantines, où le pouce de la main qui bénit rejoint l’annulaire, l’index est dressé vers le haut, le majeur et l’auriculaire légèrement repliés. Ainsi la main du prêtre forme les lettres initiales des mots Jésus Christ en grec — IC et XC — tout en rappelant cette association des trois personnes de la Trinité et des deux natures du Christ. La main qui bénit trace ainsi le signe de la croix vers le fidèle de haut en bas puis de gauche à droite. Ce sens, qui est toujours celui des bénédictions données par le clergé en Orient comme en Occident, est vraisemblablement celui qui a été usité dès les premiers temps. Et c’est ce qui justifie la pratique orientale du signe de croix : en reproduisant comme dans un miroir le geste de la bénédiction accordée par une autorité, il s’agit de reconnaître que l’on ne saurait valablement se bénir soi-même et que, même en l’absence d’un membre du clergé, toute bénédiction est reçue d’une puissance supérieure, autrement dit de Dieu.


Priests Pope

Lire aussi :
L’importance du signe de croix

L’histoire du signe de croix est donc aussi liée à celle de la bénédiction. La pratique occidentale est d’ailleurs désormais de bénir la main ouverte, de même que les fidèles se signent la main ouverte. Devenue un marqueur des spécificités de chaque tradition, la préférence d’un sens ou de l’autre trouve plusieurs explications symboliques plus ou moins convaincantes : en traçant sur soi la croix de gauche à droite, on signifierait le passage des ténèbres à la lumière, de la misère à la gloire, spéculait en son temps le pape Innocent III au XIIIe siècle, quand cette pratique commençait à avoir cours en Occident. 

Mais pourquoi la bénédiction a, quant à elle, d’emblée été donnée de haut en bas et de gauche à droite, dictant le sens originel du signe de croix accompli par les fidèles ? Peut-être tout simplement parce que c’est le sens naturel de la lecture et de l’écriture dans les langues latine et grecque. En bénissant, le clergé « écrit » la croix sur ceux qu’il bénit. Une chose est certaine : le signe de croix est, quel que soit le sens dans lequel il est tracé, est un geste priant et une invocation de la Sainte Trinité




Lire aussi :
Pourquoi faisons-nous le signe de croix ?

Tags:
orthodoxessigne de croix
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Mgr André Joseph Léonard
Que penser des expériences de mort imminente ?
2
The Agonie of the garden
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
La dernière prière de Jésus
3
Camille Dalmas
Cinq choses à savoir sur le nouveau ministère laïc de Catéchiste
4
PRAY
Mathilde de Robien
Les cinq étapes indispensables d’une prière réussie
5
Thérèse Puppinck
Velankanni, le Lourdes de l’Orient
6
Soutane de Jean Paul II/attentat
Marzena Devoud
Qu’est devenue la soutane tachée de sang de Jean Paul II ?
7
DIVINE MERCY
Philip Kosloski
Le pouvoir de la prière de 15h à la Divine Miséricorde
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement