Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!
Aleteia

Pénurie de bibles au Soudan

Bible child
ASHRAF SHAZLY / AFP
Partager

L’agence de presse spécialisée World Watch Monitor rapportait sur son site internet que le million de croyants que compte la communauté chrétienne du Soudan, subit actuellement une pénurie de bibles et de divers autres ouvrages d’enseignement chrétien.

Directement pointé du doigt, Omar al-Bashir, président d’un pays qui compte 97% de musulmans, serait à l’origine de ce « blocus » qui court depuis 2013. « Les chrétiens du Soudan ont besoin de bibles. Le gouvernement en place les empêche de pratiquer la religion de leur choix », a expliqué un haut responsable de l’Église à World Watch Monitor. Et de rappeler que différentes librairies chrétiennes du pays devaient tour à tour faire face à des fermetures résultant de décisions prises par les autorités gouvernementales.

Des persécutions nombreuses

D’autres types de persécution sont régulièrement constatées rapporte World Watch Monitor : harcèlement moral, multiplication du nombre d’arrestations à l’aveuglette, démolition d’églises, et même, lourds soupçons d’épuration ethnique commis à l’égard des chrétiens des Monts Nuba, région qui ne fait pas partie des accords de paix signés entre les deux Soudan en 2005, mais que Khartoum entend conserver dans son giron.

Face à de tels agissements, l’ambassadeur des États-Unis au Soudan a fait état, en juillet dernier, de sa vive inquiétude auprès des services d’Omar al-Bashir. Manifestement peu enclins à partager le constat établi par le diplomate, ceux-ci lui ont fait savoir que le pays, où la charia est appliquée, « jouissait de la liberté religieuse » et d’une « ouverture sans précédent ».

Selon l’ONG Portes Ouvertes, membre de la Fédération Protestante de France, qui recense les cas de persécutions dont est victime la communauté chrétienne à travers le monde, le Soudan se classe parmi les pays dit à « persécution extrême », au côté de la Corée du Nord, la Somalie, l’Afghanistan, le Pakistan, la Syrie, l’Irak, l’Iran, le Yémen et l’Erythrée. Dans son dernier rapport, l’AED (Aide à l’Église en détresse) fait également mention d’une dégradation de la liberté religieuse dans le pays.