Aleteia

Quand la parole du Pape agit sur la foi des détenus

© MOHAMED ABDIWAHAB I AFP
Partager
Commenter

Dans son documentaire sur les prisons de Ouagadougou, le réalisateur Janusz Mrozowski, a filmé les réactions de détenus à l’écoute des mots de miséricorde que leur adressait le pape François

« Une chose est ce que nous méritons pour le mal fait, autre chose est de respirer l’espérance, qui ne peut être étouffée par rien ni par personne », avait déclaré le pape François en direction des détenus présents dans Saint-Pierre, à l’occasion de leur Jubilé de la miséricorde en novembre 2016. Des paroles puissantes, apportées dans la chaleur étouffante des prisons de Ouagadougou, au Burkina Faso, par le réalisateur Janusz Mrozowski. Les bouleversantes réactions des prisonniers, filmées, ont donné lieu à un documentaire intitulé Bienvenue en prison, pape François.

« Le Burkina Faso m’a ouvert ses prisons de manière incroyable, inimaginable dans beaucoup d’autre pays », explique le réalisateur franco-polonais à Radio Vatican. Pendant son tournage dans des geôles surpeuplées, Janusz Mrozowski s’est senti littéralement accompagné par le pape François, comme si celui-ci avait occupé le poste de « réalisateur auxiliaire ». Et pour cause, les mots du Pape dans ces prisons trouvent un tel écho chez les prisonniers, qu’on pourrait penser que, bien présent, il s’adresse à eux directement. En transmettant « l’amour humain » du Pape, « j’ai apporté l’espérance (…) j’ai apporté Dieu dans cette prison », estime le cinéaste.

« C’est une vie dure, mais grâce à notre foi et grâce à Dieu, nous ne nous lamentons pas », assure un détenu. « Ici, seul mon corps est emprisonné, mais mon esprit, lui, n’est pas en prison ! », affirme un autre, tandis qu’un troisième lance : « Que Dieu te guide, pape François ! ». « La peine ne change pas l’homme, la seule personne qui change le cœur de l’homme est Jésus-Christ », affirme encore un prisonnier semblant répondre ainsi au vidéo-message envoyé en août dernier au centre pénitentiaire de Ezeiza en Argentine par le pape. En effet il y affirmait dans lequel celui-ci déclarait : « Pour être féconde, la peine doit avoir un horizon d’espérance, autrement elle reste recluse sur elle-même et devient seulement un instrument de torture ».

Inspirés par les mots du pontife, quelques jeunes lui dédient un rap. Tel le bon larron sur sa croix, il chantent en rythme : « Tu veux que nous soyons célébrés et aimés, nous voleurs, bandits, moins que rien. Nous ne méritons pas tout cela, nous ne méritons rien, pape François ».

Récemment présenté à la filmothèque vaticane, le documentaire sera projeté dans la prison romaine de Rebibbia le 6 novembre prochain. Une façon de rappeler aux détenus leur Jubilé de la miséricorde il y a un an, quand le Pape s’était exclamé : « Qu’aujourd’hui, devant le Seigneur, votre espérance soit allumée ! ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]